Forum dédié aux séries de tous les pays
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Etre là

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5375
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Etre là   Mar 29 Mar - 16:46

Etre là …


Auteur : Ze Lamélie
Série dont est tirée la fiction : Les mystères de l'amour
Rating : tout Public
Disclaimer : les personnages appartiennent à Jean Luc Azoulay

Jeanne venait de perdre son bébé, pour la deuxième fois, elle se sentait terriblement mal, est-ce que dieu l’avait puni pour ses mensonges, pour Jimmy ? Après tout, ses amis eux-mêmes l’avaient puni. Pour eux, Hélène méritait Nicolas et pas elle, et s’ils avaient raison ? Plus elle s’approchait de chez Rudy, plus elle se demandait ce qu’elle allait faire maintenant. Avec Nicolas s’était fini définitivement, elle avait voulu encore y croire mais son absence de constance, de choix. Il ne méritait pas son amour, il avait toujours joué avec ses sentiments et ceux d’Hélène. Il ne l’avait demandé en mariage qu’à cause de l’enfant Il le lui avait avoué après sa fausse couche.

Rudy n’était malheureusement pas là, parti au Sri Lanka rejoindre Crystale mais avant de partir, il lui avait laissé ses clefs. Arrivé chez lui, elle s’allongea sur le lit et dormi sans même prendre le temps de se déshabiller, sa fausse couche et son départ l’avait épuisé.

Pendant ce temps -là, à la maison.

Nicolas s’en voulait d’avoir laissé encore une fois partir Jeanne mais pouvait-il légitimement la retenir alors qu’il ne savait pas ce qu’il ressentait. Il savait Jeanne complètement seule après sa fausse couche, il savait que Rudy n’était pas là. Malgré qu’il ne pouvait pas l’aider, il voulait que quelqu’un soit là pour elle. Il appela Christian qui était à la maison avec Fanny.

Nicolas : Christian, je peux te parler.

Christian : Oui, mon Nico.

Nicolas : Jeanne est partie, tu sais et … elle ne va pas bien. Elle ne voudra pas me voir et vu que tu es celui qui lui en veut le moins, je me disais que tu pourrais aller la voir. J’ai vraiment besoin de savoir si elle va bien.

Christian : Bien sur, mon poto, j’irais demain promis.

Nicolas : Merci, Christian.

Nicolas se sentit mieux, cela lui enlevait un poids sur la conscience. Il était mal mais au moins, il savait que Jeanne ne serait pas seule, c’était tout ce qui comptait pour lui. Hélène l’évitait, ou en tout cas faisait tout pour le croisait le moins possible. Il ne pouvait l’en blamer, il l’avait encore fait espérer pendant l’absence de Jeanne pour finalement dés le retour de Jeanne , faire comme si rien ne s’était passé, il était devenu un vrai lâche et un vrai salaud envers les femmes qu’ils aimaient.

Christian était parti dans sa chambre, retrouvait Fanny, qui il s’en doutait, n’accepterait sans doute pas si facilement qu’il aille aider Jeanne. Elle était maladivement jalouse même avec son ex. Comment allait-il lui faire accepter qu’il aille retrouver ne serait-ce qu’une amie ? Lui mentir ? Non, ce qui s’était passé avec Angèle , l’avait guéri de mentir à Fanny. Il allait lui dire la vérité, il verrait bien comment elle réagirait.

Christian : Fanny , demain je dois aller à Paris voir Jeanne, d’après Nico, elle va pas bien et vu que ça va pas bien entre eux. Il m’a demandé d’aller la voir pour être sur que tout va bien.

Fanny : Sérieux et les autres, elles ne peuvent pas y aller, elles ?

Christian : C’est délicat, elles lui en veulent toutes plus ou moins , tu comprends ?

Fanny : D’accord , tu iras , mais après tu m’emmèneras au studio pour ma chanson.

Christian : Oui, on fait comme ça.

Fanny : Maintenant , viens prés de moi, j’ai besoin de faire l’amour.

Christian et Fanny passèrent donc la nuit ensemble, le lendemain, Christian partit donc sur Paris à l’appartement de Rudy. Il prit des croissants et des pains au chocolat en route, il espérait que ça ferait plaisir à Jeanne. Jeanne était son amie, pourquoi contrairement aux filles ou à José, il ne la considérait pas comme la pièce rapportée. Il ne le savait pas ou si parce qu’il avait été absent dix ans de la bande et donc n’avait pas le même passif avec elle. Pour lui , c’était une amie qui même si elle s’était fait passer pour morte était toujours là pour eux, à faire tout ce qu’elle pouvait pour les protéger et les aider. Certes elle avait menti , mais qui n’avait pas menti pour se protéger ou protéger les autres , tous l’avaient fait. Personne ne pouvait ou ne devait la juger.

Il se gara et arriva chez Rudy, il sonna à la porte. Jeanne encore tout ensomeillé et qui ne s’attendait pas à une visite vint lui ouvrir.

Jeanne surprise : Christian qu’est-ce que tu fais là ?

Christian montrant les croissants et les pains au chocolat : Je viens voir une de mes amies et la nourrir.

Jeanne : Tu n’aurais pas du. Ce serait pas Nico qui t’envoie ?

Christian : euh .. .

Jeanne : C’est bon laisse tomber.

Christian : Comment tu vas ?

Jeanne : Je vais bien, t’inquiète pas pour moi.

Christian la regarda, il sentait très bien que quelque chose n’allait pas.

Christian : Tu sais, je vois très bien que ça ne va pas très bien. D’habitude à cette heure-ci, tu serais habillé, prête à courir partout, hors ce n’est pas le cas. Je suis peut-être pas ton meilleur ami, je te connais pas aussi bien que Nico ou Rudy, mais je sais reconnaître quand quelqu’un va mal. Dis-moi ce qui ne va pas, et tu sais je suis têtu, je ne partirais pas tant que je ne saurais pas.

Jeanne le regarda, elle devait bien s’avouer que la présence de Christian même envoyé par Nico, la touchait. Mais elle ne pouvait pas, n’arrivait pas à parler du bébé qu’elle avait perdu. Elle avait encore trop de mal à réaliser. Pour se donner une contenance, elle prit un pain au chocolat et commença à le manger. Puis tout en mangeant, elle changea de sujet et demanda si tout allait bien à la maison.
Christian qui était content qu’elle ne l’oblige pas à partir, lui répondit que tout allait bien qu’entre le mariage et les travaux, la bande ne voyait pas le temps passé. Il évita au maximum et ne dit pas un mot sur Nicolas. Jeanne lui en fut reconnaissante.

Ils continuèrent de parler tout en mangeant et Jeanne prépara un café à Christian. Peu à peu, Jeanne retrouvait le sourire, avoir un ami près d’elle avec qui parler lui faisait du bien, bien sûr elle n’oubliait pas ce qui lui faisait mal mais ça lui permettait de le mettre un peu de côté quelques minutes.
Christian : Si on sortait faire un tour dans Paris, ça fait longtemps que je n’ai pas fait un bon tour dans la grisaille parisienne et la pollution dit-il en souriant.

Jeanne : Pourquoi pas ? Je vais me changer et on y va.

Christian : Ok.

Après que Jeanne se soit changé, elle et Christian sortirent dans la grisaille parisienne, ils allèrent jusqu’au parc pas très loin de l’appartement de Rudy. Ils s’installèrent sur un banc, sans dire un mot, bizarrement ils ne parlaient plus. La présence de Christian suffisait à Jeanne. Elle le sentait près d’elle, rassurant. Il savait que quand elle aurait besoin de parler, elle parlerait.

Elle regardait les gens qui passaient dans le parc et elle vit une femme qui promenait une poussette avec son bébé. Là elle se mit à pleurer. Christian la prit dans ses bras. Il ne savait pas ce qui la mettait dans cet état, mais il savait qu’elle avait besoin de lui. Jeanne continuait de pleurer. Elle ne pouvait pas s’arrêter, voir cette femme avec son bébé, lui rappelait le bébé qu’elle avait perdu mais pas seulement. Elle savait que maintenant avec le temps qui était passé elle ne serait jamais mère. Et ça lui faisait mal, très mal, elle avait tellement espéré être mère. Cet espoir c’était envolé si vite…Elle n’arrivait pas à parler, elle n’arrivait pas à dire à Christian, pourquoi elle pleurait. Elle savait qu’en parler, mettre des mots sur sa souffrance l’aiderait. Mais elle ne pouvait s’arrêter de pleurer. Christian continuait de la serrer dans ses bras mais il ne savait pas quoi faire pour la calmer.

Jeanne après quelques minutes finit par arrêter de pleurer. Elle se releva, elle savait pas quoi dire.

Jeanne : Merci Christian.

Christian : De quoi.

Jeanne : D’être là et de ne pas me poser de questions.

Christian : Je sais que si tu dois me parler, tu le feras. Il te faut juste du temps.

Jeanne : Merci pour ton amitié. J’ai tellement l’impression d’être pas à ma place avec les autres par moments.

Christian : Je sais.

Jeanne : On peut rentrer s’il te plait ?

Christian : Oui, bien sur…

Christian et Jeanne refirent le chemin inverse vers l’appartement de Rudy. Christian le bras autour des épaules de Jeanne, ne disait rien. Aucun des deux ne disait mot. Quelquefois le silence en dit bien plus long que beaucoup de mots.

Arrivés à l’appartement, Jeanne s’affala sur le canapé, cette balade l’avait fatigué bien plus qu’elle n’aurait voulu. Christian s’installa à côté d’elle sur le canapé. Il caressa ses cheveux. Ce simple geste faisait du bien à Jeanne.

Jeanne se décida à parler, il était temps et elle avait besoin. Christian saurait sans doute l’apaiser, trouver les mots.

Jeanne : Christian, la raison … pour laquelle je vais pas bien c’est que … j’ai eu .. une fausse couche, j’étais enceinte Christian et …. Et j’ai perdu une deuxième fois l’enfant de Nicolas. Je …. Je ne serais jamais mère.

Elle recommença à pleurer, Christian ne savait pas quoi dire, comment aider son amie, elle était tellement mal. Les mots restaient bloqués à l’intérieur de sa gorge. Cela lui rappelait la souffrance de Johanna avec sa stérilité. Il savait que la souffrance qu’éprouvait Jeanne, il ne pouvait pas la comprendre. Il ne l’avait jamais vécu.

Christian : Jeanne , je …

Jeanne : Laisse tomber, tout ce que tu pourrais dire , je le sais déjà. Tu es désolé, tu aimerais m’aider mais il y a rien, rien que tu puisses faire pour m’aider.

Christian : Si, je peux déjà être là pour toi.

Jeanne lui sourit et l’embrassa sur la joue : Merci.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5375
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: Etre là   Mar 29 Mar - 16:47



Christian : Je vais te préparer à manger. 


Jeanne : euh… 


Christian : T’inquiète pas, je sais faire à manger, je vais pas t’empoisonner dit-il en souriant. 


Jeanne sourit à son tour : Ce n’était pas ça, tu n’es pas obligé. 


Christian : Repose-toi. 


Jeanne : D’accord, je vais aller prendre une douche pendant que tu me fais à manger. 


Jeanne alla prendre sa douche, Christian prépara à manger. Fanny à la maison s’impatientait, elle l’appela. 


Fanny : Qu’est- ce que tu fais, je t’attends, moi ? 


Christian : Bébé, tu sais très bien que j’aide Jeanne, je te l’ai dit, elle ne va pas bien. 


Fanny : Oui, mais aussi sans toi je ne vais pas bien. 


Christian : Bébé, je t’aime mais j’ai des amis aussi. Tu sais en attendant, essaie d’être amis avec eux ? D’accord ? 


Fanny : Bon d’accord mais c’est bien parce que je t’aime. 


Christian : Merci ma chérie, je t’aime. 


Christian raccrocha. 


Jeanne simplement vêtu d’une serviette avait tout entendu : tu sais je vais bien, tu peux aller retrouver Fanny 


Christian regarda Jeanne : t’inquiète pas, j’ai dit que je restais avec toi. Je reste avec toi. Va vite t’habiller s’il te plait dit-il 


Christian avait détournait les yeux de Jeanne, la voir en petite tenue lui avait fait bizarre, surtout qu’elle était sublime. Jeanne était reparti s’habiller, elle n’avait pas remarquer la gêne de Christian. 


Habillée, elle revint. Christian avait mis la table et avait servi à boire et amener à manger. 


Jeanne : ça sent bon et, je suis servi comme une princesse. 


Christian : Tu en as bien besoin qu’on s’occupe de toi, un peu, tu t’occupes trop souvent des autres et on s’occupe rarement de toi. 


Jeanne : Tu es trop gentil dit-elle en lui prenant la main. 


Christian : Non, je fais juste mon travail d’ami. 


Christian regarda dans les magnifiques yeux bleus azur de Jeanne. Oui elle était magnifique, pourquoi Nico n’était pas là à sa place. Plus il restait là, plus il sentait qu’il n’aurait pas dû être là et qu’il risquait de faire une bêtise, Jeanne était une femme belle à se damner et même si c’était la femme de son meilleur ami. Même s’il était amoureux de Fanny, être si proche d’elle, commencer à lui faire peur. Mais il fallait qu’il reste, c’était son ami, et elle avait besoin de lui avec ce qu’elle vivait. 


Il essaya de cacher son malaise mais cette fois-ci, il n’échappa pas à Jeanne. 


Jeanne : Christian, quelque chose ne va pas ? 


Christian : Tout va bien.  Qu’est-ce qu’il te fait dire ça ?  


Jeanne : Je ne sais pas, j’ai eu l’impression que quelque chose te gêné. 


Christian : Non, rien ne me gêne, je t’assure. 


Jeanne : Merci d’être là en tout cas. 


Christian : De rien.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5375
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: Etre là   Mar 29 Mar - 16:48

Jeanne et Christian finirent de manger. 


Christian débarrassa la table aidé de Jeanne. Elle ne voulait pas le laisser tout faire tout seul. 


Christian : Je fais la vaisselle. Va t’installer sur le canapé. 


Jeanne : Non, laisse-moi t’aider , je vais l’essuyer. 


Christian : Bon d’accord, si tu insistes. 


Christian fit la vaisselle et Jeanne l’essuya, à un moment, en tendant une assiette à Jeanne, Christian en effleurant la main de Jeanne, sentit comme une décharge l’envahir et laissa tomber l’assiette. 


Christian : Désolé, je vais ramasser. 


Jeanne : Non, c’est de ma faute je vais ramasser. 


Ils se baissèrent tous les deux en même temps et cognèrent leurs têtes. 


Jeanne et Christian : Aie.


Jeanne : Décidément.


Et ils se mirent à rire. 


Christian : ça fait du bien de t’entendre rire. 


Jeanne : Merci, c’est grâce à toi. 


Christian : Grâce à ma maladresse surtout. 


Il finit de ramasser l’assiette cassée et la mit à la poubelle. 


Jeanne le regarda faire, elle se rendait compte qu’elle ne connaissait pas vraiment Christian, c’était un homme prévenant, gentil, adorable, drôle. 


C’était vraiment quelqu’un de bien. Christian se retourna et se retrouva face à Jeanne, leurs regards se croisèrent et leurs visages se rapprochèrent, ils s’embrassèrent. Le baiser de timide devient plus intense. Christian se rendant compte de ce qu’il était en train de faire arrêta le baiser. 


Christian : Ce … n’est pas une bonne idée, j’aime Fanny, tu aimes encore Nicolas. Tu es sous le choc d’avoir perdu ton bébé. Non ce n’est pas une bonne idée. 


Jeanne : Tu as raison, ce n’est pas une bonne idée. Tu devrais partir, je crois. 


Christian : Je ne peux pas partir. 


Jeanne : Si, je te promets je vais bien. 


Christian : Je n’ai pas envie de partir. 


Jeanne : Il vaut mieux, sinon on fera quelque chose qu’on regrettera tous les deux. 


Christian : Je n’ai pas envie de te laisser toute seule. 


Jeanne : Christian tout ira bien. 


Christian : Si tu as besoin de quoi que ce soit, appelle-moi d’accord. 


Jeanne : Je … 


Christian : S’il te plait. 


Jeanne : Promis, je t’appellerai. File. 


Christian hésita mais fini par partir. Il regretta tout de suite d’être parti mais il savait que s’il y retournait. Il aurait qu’une envie l’embrasser, leur baiser avait été tellement intense. Nicolas, qu’allait-il lui dire, qu’au lieu de lui remonter le moral, il avait craqué sur elle. Nicolas allait lui en foutre une c’est sûr, bien que c’est de sa faute tout ça, mais il y avait Fanny, il ne pouvait pas lui faire ça. 


Il rentra à la maison. Fanny lui sauta dessus dés son arrivée. Elle l’embrassa mais lui ne pensait qu’à une chose, à Jeanne seule dans son appartement, à leur baiser, à l’envie qu’il avait d’y retourner et de la serrer dans ses bras, de … Il fallait qu’il se rende à l’évidence, il avait complètement craqué sur Jeanne. Fanny lui parlait de la chanson et du studio et lui ne pensait qu’à une seule chose, qu’il n’aurait pas dû la laisser. 


Christian : Fanny, il faut que je te parle. 


Fanny : Oui, je t’écoute. 


Christian : Ce n’est pas facile à dire , mais … je te quitte. 


Fanny : Quoi ? Après tout ce que j’ai fais pour toi, tu me quittes ? 


Christian : Oui, je … je t’ai aimé mais … c’est fini. 


Fanny : Tu sais quoi, je m’en vais mais je me vengerais. Jamais un homme m’a quitté t’entends, jamais. 


Christian : Il était peut-être temps. 


Fanny partit de la maison, furieuse. 


Une fois Fanny partit, Christian reparti à Paris, il avait peur pour Jeanne. Elle avait l’air d’aller bien quand il l’avait quitté mais il la connaissait assez bien pour savoir que parfois elle dissimulait souvent ses faiblesses. 

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5375
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: Etre là   Mar 29 Mar - 16:49

Pendant ce temps-là à l’appartement de Rudy.


Jeanne s’était écroulée par terre et s’était mise à pleurer. La seule personne qui avait été là pour elle, elle l’avait laissé partir. Elle n’aurais pas du , les moments avec Christian avaient été les plus beaux qu’elle avait vécu depuis longtemps. Elle s’était sentie bien avec lui, à sa place. Elle aurait tellement voulu que leur baiser continue. Mais non il y avait Fanny, il y avait Nicolas et il était parti. Elle finit par se relever au bout d’un moment qu’il lui paru une éternité et alla sur le canapé, ce canapé ou quelques heures plus tard, elle avait tout raconté à Christian serré contre lui. 
Il y avait encore un peu de son odeur, dans la pièce, elle se coucha sur le canapé et finit par s’endormir. 


Quelques heures plus tard qui sembla une éternité à Jeanne, elle entendit la sonnette. Elle se demandait qui pouvait bien venir. Elle alla ouvrir. Elle se retrouva face à Christian 


Jeanne : Christian mais …. 


Christian : Oui, je suis là. J’ai quitté Fanny. Après t’avoir quitté , je me suis rendu compte que je voulais être avec toi, seulement toi. 


Jeanne : Mais Nicolas… 


Christian : Nicolas c’est lui qui m’a envoyé vers toi, et c’est de sa faute tout ça. 


Christian embrassa tendrement Jeanne qui lui rendit son baiser. 


Jeanne : Tu es sur ? 


Christian : Oui, je n’ai jamais été aussi sur de moi. J’ai tellement eu mal quand j’étais loin de toi. 


Jeanne : moi aussi, j’étais mal. 


Christian et Jeanne s’embrassèrent à nouveau. Leur baiser devint de plus en plus passionnel et ils se retrouvèrent sur le canapé à s’étreindre. Christian passa sa main sous le tee-shirt de Jeanne et elle passa sa main sous le tee-shirt de Christian. Ils allèrent dans la chambre tout en continuant de s’embrasser.  Ils se déshabillèrent et firent l’amour langoureusement. Christian caressait et embrassait le corps de Jeanne. Elle était parfaite. Jamais il n’aurait imaginé se retrouver au lit avec elle, un jour  et pourtant aujourd’hui, il savait que jamais plus il ne voudrait faire l’amour à aucune femme. Jeanne allongé sur le ventre sentait les baisers de Christian sur son dos. Elle en gémissait de plaisir. Elle aussi savait que plus jamais elle ne ferait l’amour avec aucun autre homme. Elle se retourna et l’embrassa fougueusement et elle se mit au-dessus de lui et lui embrassa le torse. 


Ils restèrent longtemps au lit, découvrant et redécouvrant chaque parcelle de leur corps, s’aimant passionnément. 


Jeanne : Christian merci de me faire redécouvrir l’amour. 


Christian : Toi aussi merci. 


Jeanne : On va leur dire quoi aux autres ? 


Christian : qu’on a craqué l’un pour l’autre c’est tout et si ça leur plait pas tant pis. 


Jeanne : ça parait si simple quand tu le dis. 


Christian : Mais c’est simple. 


Jeanne : Tu oublies que Nicolas, ton meilleur ami  risque de pas apprécier. 


Christian : Non, je n’oublie pas mais s’il t’a vraiment aimé, il doit accepter de te savoir heureuse avec moi-même si ça lui fait mal. 


Jeanne : Tu as raison et José ? vu comment il me déteste il va pas apprécier non plus. 


Christian : Il te déteste pas, il a juste mal vécu après votre histoire que tu ailles du jour au lendemain avec Nicolas. 


Jeanne : Il m’en veut pour ça mais c’est si loin. 


Christian : C’est un rancunier, le José.( Ils rirent ) Plus sérieusement, il finira bien par s’y faire et puis il est enfin heureux avec Béné et il aimait pas Fanny , je suis sûr que ça se passera bien. 


Jeanne : J’adore ton optimisme. 


Christian : Et moi je t’adore tout court dit-il tout en l’embrassant fougueusement. 


Après avoir passé plusieurs jours juste tous les deux, ils finirent par retourner à la maison. Il fallait qu’ils mettent au courant leurs amis. Surtout que tous arrêter pas de les appeler pour savoir ce qu’il se passait. 

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5375
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: Etre là   Mar 29 Mar - 16:50

Jeanne et Christian arrivèrent à la maison. Ils sortirent de la voiture et Jeanne tendit sa main à Christian qui la prit, malgré son apparente décontraction, Christian était pas rassuré. Mais il faisait tout pour que Jeanne ne le sente pas, elle était bien assez anxieuse comme ça. La main dans la main, ils montèrent jusqu’à la maison. Ils rentrèrent la bande était dans le salon. 


Quand ils les virent se tenant par la main. Nicolas eu un rictus. Jeanne avec Christian, son meilleur ami. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même certes c’est lui qui l’avait envoyé et c’est lui qui avait fait du mal à Jeanne. Mais c’était trop dur, il partit dans sa chambre. 


Jeanne le regarda partir, et regarda Christian. Christian la regarda à son tour. Il lui fit un signe de tête, il savait qu’elle devait parler à Nicolas. 
Jeanne monta donc au premier retrouvait Nicolas, elle rentra dans la chambre qui avait été la leur. Mais ou leur couple aussi avait perdu, s’était perdu. Il fallait qu’ils se parlent leur histoire méritait une vraie fin. 


Jeanne se retrouva prés de Nicolas. Il était assis sur le lit, les larmes aux yeux. Jeanne lui prit la main pour lui montrer sa présence. 


Nicolas se retourna vers elle, les yeux humides : je suis désolé , je n’ai pas su t’aimer. 


Jeanne : Ne le soit pas, notre histoire  n’était juste pas faite pour durer éternellement. Dans notre histoire, j’ai aussi eu mes torts, je ne me suis jamais battu , j’ai toujours fui. On était pas fait pour former une famille même si on y a cru. Aujourd’hui, je suis avec Christian car il m’a redonné confiance en moi , il m’a fait me redécouvrir, il m’a donné l’amour. Je ne suis plus la même, je sais que ça te fait mal mais aujourd’hui avec lui , je suis ce que j’ai envie d’être. Tu trouveras la femme qu’il te faut un jour , celle qui te fera oublier tous tes démons et celle à laquelle tu resteras fidèle. 


Nicolas l’écoutait, il espérait qu’elle avait raison. 


Nicolas : Je te remercie après tout ce que je t’ai fais, de m’avoir parlé. 


Jeanne : Notre histoire en valait la peine. 


Elle partit en l’embrassant sur la joue et lui faisant un sourire. Il lui sourit en retour. 


Pendant ce temps, Christian expliqua la situation aux autres. 


José : Ouais, Jeanne comme ça elle s’est tapé tous les mecs de la bande, Christian tu me déçois ! 


José parti dans le jardin ruminait sa colère. 


Les autres avaient mieux pris la nouvelle même Laly au moins Jimmy resterait seul pour le moment. 


Fanny débarqua à la maison, elle avait reconnu la voiture de Christian. 


Fanny : Christian , je t’ai vu arrivé avec Jeanne, alors c’est avec elle que tu m’as remplacé, décidément, il les lui faut tous après Nicolas et Jimmy maintenant c’est toi. Tu m’écoeures et dire que j’avais quitté Antoine pour toi. Tu n’es qu’un enfoiré. Tu m’as laissé tombé comme ça sans un mot comme une merde. 


Fanny s’approcha de lui et le frappa. Il lui enleva les bras et lui pris les mains. 


Christian : Oui, je ne suis qu’un enfoiré mais il y a pas de bonne façon de rompre et de dire qu’on aime plus, de quitter quelqu’un, j’ai préféré de te le dire rapidement et pas tourner autour du pot. Je t’aurais fais plus de mal que de bien. J’ai craqué sur Jeanne , je ne m’y attendais pas. Je l’aime aujourd’hui, j’ai l’impression qu’avec elle rien ne peut m’arriver, qu’elle est la seule. Elle est mon soleil. 


Jeanne qui était arrivé derrière lui entre temps entendit la déclaration de Christian, elle se précipita vers lui et l’entoura de ses bras et l’embrassa. Dans le creux de l’oreille, elle lui dit «  Toi aussi, tu es mon soleil » 


Fanny les regardait et sentit une larme coulait sur sa joue, elle partit , elle n’avait plus rien à faire ici. 


Après ce jour-là , Jeanne et Christian vécurent un moment dans l’ancien appartement de Rudy , ils allaient souvent à la maison d’hôtes pour donner un coup de main. 


Nicolas finit par se trouver quelqu’un. Hélène épousa Peter. José voyant son pote heureux fini par accepter la relation de Jeanne et Christian.
 
Jeanne et Christian décidèrent d’adopter et avec l’aide d’Hélène. Ils acceuillirent très vite une petite fille qu’ils prénommèrent Marion. Elle fit la joie des heureux parents. 


FIN. 

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etre là   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etre là
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Etre accomplie...
» un petit mot qui mérite d'etre dit!
» FALGOR ETRE MAGIQUE OU CRAPAUD GLOBULEUX ?
» COMMENT NE PAS ETRE UNE MERE PARFAITE de Libby Purves
» LA FILLE QUI VOULAIT ETRE JANE AUSTEN de Polly Shulman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des séries :: Créations :: Fan Fictions :: Fan Fictions Tétralogie HG Terminés-
Sauter vers: