Forum dédié aux séries de tous les pays
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De Hélène au Miracle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5382
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: De Hélène au Miracle    Mar 29 Mar - 16:36

De Hélène au Miracle




Auteur : Ze Lamélie
Série dont est tirée la fiction : Hélène et les garçons/ Le miracle de l'amour
Rating : tout Public
Disclaimer : les personnages appartiennent à Jean Luc Azoulay




Tout était redevenu normal, José et Olivier étaient revenus dans la groupe, bien décidés à faire oublier ce qu’ils avaient fait. José était même à l’heure aux répétitions …

Il avait décidé d’arrêter avec Nathalie, après tout, il n’avait jamais oublié Bénédicte, la voir avec Fabrice le rendait jaloux comme un fou, puis après tout, peut-être que Béné ne l’avait pas oublié. Il ferait tout pour la reconquérir.

Quant à Olivier, il était toujours amoureux de Taxi, mais Taxi n’était pas prête de lui pardonner, elle était retourné avec Alex et ils avaient l’air de s’aimer vraiment. Après tout, Olivier ne pouvait pas lui en vouloir après ce qu’il avait fait.

Dans la chambre des filles.

Béné réfléchissait dans son lit. Elle se sentait bien avec Fabrice, mais ne pouvait s’empêcher de penser encore à José, qui d’ailleurs depuis ce qui s’était passé était d’une gentillesse envers elle. Nathalie était même venue lui dire qu'il l’avait virée car il n’arrivait pas à l’oublier. Tout au fond de son cœur, elle savait qu’elle n’aimait pas réellement Fabrice, que José resterait son seul et unique amour.

Alors qu’elle en était là de ses réflexions, Jump, le chien d’Adeline, monta sur son lit.

Béné : Ben alors, Jump qu’est-ce que tu fais ? Tu veux que je te caresse c’est ça ?

Elle caressa Jump.

Adeline se réveillant.

Adeline : Béné, tu es déjà réveillée ?
Béné : Oui, je réfléchissais.
Adeline : Tu penses encore à José, c’est ça ?
Béné : Oui, pour ne rien te cacher, c’est ça, je crois que je l’aime encore. Fabrice est quelqu’un de génial, mais j’aimerai toujours José je crois, malgré tout ce qu’il m’a fait, à croire que je suis maso. Fabrice est le plus adorable des garçons, et je préfère José le plus dragueur, râleur et macho.
Adeline : L’amour ne se commande pas. Tu sais, on aime qui on doit aimer, ce n’est pas parce qu’il a telle ou telle qualité que l’on doit l’aimer, mais parce qu’il fait battre notre cœur. Tu sais, je me suis posé un peu près les mêmes questions quand j’ai dû choisir entre Christophe et Bruno. Mais il était évident que j’avais eu le coup de foudre pour Bruno, que je l’aimais, alors que Christophe était un ami très proche pour moi, mais juste un ami, un peu comme un frère.
Béné : Oui tu as raison. Il va falloir que je le dise à Fabrice, ça va être dur, il m’aime vraiment, ça va lui faire mal très mal.
Adeline : Oui, mais tu peux pas le faire espérer non plus.
Béné : Oui tu as raison.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5382
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: De Hélène au Miracle    Mar 29 Mar - 16:37

Béné alla prendre sa douche avant que Laly se réveille et ne la prenne de vitesse.
A peine était-elle entrée dans la douche que Hélène se réveilla.

Hélène : Salut Adeline.
Adeline : Salut Hélène, bien dormi.
Hélène : Oui ça va. Béné est dans sa douche ?
Adeline : Oui, elle a préféré la prendre avant que Laly se réveille pour éviter d’être bloquée.
Hélène : Ok. Adeline, tu as l’air pensive, qu’est-ce qu’il y a ?
Adeline : Rien. Bruno est bizarre depuis quelques jours, j’ai l’impression qu’il me cache quelque chose.
Hélène : Tu dois te faire des idées, il t’aime et te dit tout. Je suis sûre que ça va. Et puis, essaie de lui faire comprendre qu’il peut tout te dire, s'il y a quelque chose qui va pas, il te le dira.
Adeline : Oui, tu as raison Hélène. Merci.
Hélène : De rien, les amis, c’est fait pour ça. D'ailleurs, en parlant d’amis, si on réveillait Laly, elle a cours dans une heure.
Adeline : Oui, tu as raison.

Elles allèrent vers le lit de Laly.

Hélène : Laly, il est l’heure de se lever, tu as cours.
Laly : Hmmmhmmm.
Adeline : Allez, debout.

Elle lui enlève sa couette.

Laly : Mais euh, je veux dormir.
Hélène : Non, tu ne peux pas, tu as cours dans moins d’une heure.
Laly : Ok, ok, je me lève. Je préférerais être réveillé par mon Sébastien, au moins, le réveil serait plus doux.
Hélène : Oui, tu as raison, mais à moins que vous habitiez ensemble, ce n’est pas encore le cas.
Laly : Ben, je vais lui proposer, tiens.
Adeline : J’imagine sa tête, le pauvre.

Laly lui envoya un coup d’oreiller.

Hélène : Bon, ça suffit, vous deux.

Béné sortit de la salle de bains.

Laly : Bon, ben, vu que la salle de bains est libre, je vais y aller.
Adeline : Ah non, c’est à moi.

Laly arriva la première à la salle de bains.

Adeline : C’est pas possible, elle va encore mettre une heure.
Hélène : Laly, tu mets pas une heure, il y en a qui attendent.
Béné : Les filles, je dois y aller, vous direz au revoir à Laly pour moi.
Hélène : Ok. Tu vas où.
Béné : J’ai rendez-vous pour le petit déjeuner avec Fabrice, et après, je vais en cours, je vous verrai pour déjeuner chez Alfredo’s.
Hélène : Ok, à tout à l’heure, Béné.
Hélène à Adeline : Elle avait l’air bizarre, Béné, tu trouves pas.
Adeline : Non.
Hélène : Oui, je dois me faire des idées.

Chez Alfredo’s.
Fabrice attendait déjà Béné à une table.

Fabrice : Salut ma chérie.
Béné : Salut Fabrice.
Fabrice : Oh, toi, il y a quelque chose qui va pas.
Béné : Oui, en fait, je voulais te dire que ... Oh, c’est si dur de te dire ça.
Fabrice : Pas la peine, j’ai compris, tu me quittes, et tu aimes toujours José, c’est ça.
Béné : Oui; c’est ça. Je sais que je te fais de la peine, mais je pouvais pas te laisser espérer plus longtemps. Je t’aime beaucoup, tu sais, mais pas de la même façon, je suis désolée.
Fabrice : Merci pour ton honnêteté. Bon, je vais y aller.
Béné : Ca va aller.
Fabrice : Oui oui.

A peine sorti de la cafet’, Fabrice éclata en sanglots et partit pleurer chez lui.
Chez Fabrice et Taxi.
Fabrice alla directement pleurer dans sa chambre.
Taxi comprit tout de suite que quelque chose n’allait pas et alla le voir.

Taxi : Qu’est-ce qu’il y a grand frère ? Pourquoi tu pleures ?
Fabrice : Béné m’a quitté, elle aime toujours José.
Taxi : Oh non, je suis désolé pour toi, je sais à quel point tu l’aimais.
Fabrice : Oui, mais bon, c’est la vie, c’est comme ça, elle l’aime, je peux rien faire contre ça, elle a été honnête avec moi.
Taxi : Oui, mais je la comprends pas, après tout ce que lui a fait José, qu’elle l’aime encore, ça me dépasse.
Fabrice : C’est comme ça, ce n’est pas forcément pour les qualités que l’on aime quelqu’un, c’est celui qui fait battre notre cœur, tout simplement. Peu importe ce qu’il a fait ou pas, c’est comme ça.
Taxi : Oui, tu as peut-être raison.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5382
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: De Hélène au Miracle    Mar 29 Mar - 16:37

Au Garage plus tard.
Les garçons étaient tous là sauf Bruno. Ils se demandaient tous où il était. Ils commencèrent à répéter, Bruno arriva.

José : Ah quand même.
Bruno : Excusez-moi pour le retard, mais j’avais quelque chose de très important à faire.
Nico : Ca va, tu as l’air soucieux.
Bruno : Oui oui, ça va aller, si vous répétiez.

Bruno était soucieux, comment allait-il faire ? Qu’allait-il faire ? Il ne pouvait pas dire ça à Adeline. Non, il ne pouvait pas, mais à qui allai-il en parler, que devait-il faire ? Il regarda Christophe, il savait tout ce qui le reliait à Adeline, et ils avaient bien sympathisé tous les deux. Il allait lui dire, c’était le seul moyen.

Il en était là de ses pensées quand les filles arrivèrent.

Adeline vint vers lui et l’embrassa. Ah, il savait que ses baisers allaient lui manquer, que c’était une des dernières fois où il l’embrasserait, où il verrait ses amis, ses amis qui l’avaient accueilli si rapidement comme un des leurs. Ca lui faisait mal aussi de les quitter mais il n’avait pas le choix.

Bruno : Si je vous invitais tous à dîner ce soir.
Nico : Mais non, on va payer chacun sa part.
Bruno : Mais non, ça me fait plaisir.

Au dîner, tout se déroulait normalement, mais Bruno était toujours préoccupé.

Adeline : Mon chéri, ça a pas l’air d’aller, tu sais que tu peux tout me dire si tu as un problème, je suis là.
Bruno : Oui je sais, t’inquiète pas.

Mais Bruno savait qu’il ne pouvait pas lui dire, si il lui disait, elle voudrait l’attendre, et ça il ne le pouvait pas, il ne pouvait pas le laisser faire.

Bruno prétextant un son à lui faire écouter demanda à Christophe de rester pendant que les autres partaient.

Christophe : Oui Bruno, je t’écoute.
Bruno : En fait, j’avais besoin de te parler.
Christophe : De quoi.
Bruno : Hé ben, c’est pas facile à dire, mais voilà, je vais aller en prison.
Christophe : Mais pourquoi, tu as fais quoi ?
Bruno : Ben pour un ami, j’ai fait le hacker, et je suis rentré dans un serveur sécurisé pour changer les notes qu’il avait eues à un concours. Je pensais ne pas être pris et j’ai été pris.
Christophe : Mais attends, tu vas pas aller en prison pour ça quand même, pour une note.
Bruno : Si, car ce site, c’est le site de la défense. Même si c’était que pour changer une note, ils veulent faire un exemple.
Christophe : Et tu es condamné à combien.
Bruno : Trois ans de prison, j’y rentre demain.
Christophe : Attends, demain, et Adeline, elle le sait.
Bruno : Non, je ne veux rien lui dire, je veux pas qu’elle sache et qu’elle passe son temps à m’attendre. Je veux juste qu’elle croit que je l’ai quittée sans rien dire et qu’elle me déteste, ce sera bien moins dur pour elle.
Christophe : Tu es sûr de faire le bon choix.
Bruno : Oui je suis sûr.
Christophe : Ok, comme tu veux.
Bruno : Si je t’en ai parlé, c’est que je veux que tu t’occupes d’Adeline, que tu sois là pour elle. Je sais que tu l’aimes toujours.
Christophe : Euh, je sais pas si je pourrai, mais j’essaierai. Merci de ta confiance en tout cas.
Bruno : De rien, on est amis.

Et ils se serrèrent la main.

Dans la chambre des filles.

Adeline soucieuse : Je comprends pas pourquoi Bruno me parle pas, je suis sa petite amie, et je suis sûre qu'il y a quelque chose qui cloche. J'aime pas ça du tout.
Hélène : Mais t’inquiète, tout ira bien j’en suis sûre. Il t’aime ton Bruno, tu le sais ça.
Adeline : Oui, mais j’aimerais qu’il me parle.
Hélène : Il le fera, mais il a besoin de temps pour ça.
Adeline : Oui tu as raison, merci mon Hélène.

Adeline prit Jump dans ses bras et s’amusa avec lui.
Malgré les paroles réconfortantes d’Hélène, elle savait que quelque chose n’allait pas, elle avait un mauvais pressentiment. Et sentir Jump près d’elle lui faisait du bien, cette boule de poils était tellement importante pour elle, elle pouvait tout lui dire, tout lui confier, elle ne se moquerait jamais d’elle et ne la jugerait jamais.
Elle se coucha avec Jump à ses pieds, ne sachant pas que le lendemain, Bruno serait parti loin d’elle.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5382
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: De Hélène au Miracle    Mar 29 Mar - 16:38

Pendant ce temps-là. Béné avait voulu voir José pour lui parler.
Ils se promenaient dans la rue sans dire un mot. Elle avait peur de lui parler. Il avait peur de l’entendre.

Finalement José rompit le silence.

José : Qu’est-ce que tu voulais me dire ?

Béné : Que j’ai rompu avec Fabrice parce que je t’aime toujours.

José : C’est vrai tu m’aimes toujours, après tout ce que j’ai fait, tout ce que je t’ai fait.

Béné : Oui je t’aime malgré tout ça.

José voulut la serrer sans ses bras : Oh ma chérie comme je suis heureux.

Béné le repoussa : Oui je t’aime toujours c’est vrai, mais je t’ai pas encore tout pardonné. Tu m’as fait mal beaucoup de mal et même si tu me promets que plus jamais tu ne me tromperas, je sais bien que ce ne sera pas vrai car tu ne peux pas t’en empêcher.

José : Je t’aime Béné, je m’en suis rendu compte, je t’aime beaucoup plus que j’ai voulu le montrer. Je voulais juste comme Christian me donner l’impression que je n’étais pas attaché à quelqu’un, à toi en particulier, que je pouvais encore séduire. Mais tu es la seule que j’aime et qui comptera jamais.

Béné : Comment puis-je encore te croire ?

José : Regarde-moi dans les yeux et tu verras au fond de mes yeux que tu es la seule que j’aime.

Béné regarda José et elle vit qu’il disait la vérité et ils s’embrassèrent comme si ils ne s’étaient jamais quittés.

Mais Béné voulut quand même coucher chez la chambre des filles avant de retourner habiter chez lui.
Ils se quittèrent donc en bas de la cité universitaire des filles.

Béné monta dans la chambre et alla dans la salle de bains essayant de pas faire de bruit.

Mais elle réveilla Hélène.

Hélène : Ben béné qu’est-ce qui se passe ?

Béné : Oh hélène je voulais pas te réveiller, je vais me coucher.

Hélène : Ben c’est pas grave, ça s’est bien passé avec José ?

Béné : Oui on s’est réconciliés.

Hélène : Ah génial; je suis contente pour vous; mais tu dors pas chez lui.

Béné : Non je préfère encore dormir un peu ici; il est un peu tôt pour reprendre la vie commune je crois.

Hélène : Ok. Bonne nuit.

Béné : Merci toi aussi.

Et les deux filles s’endormirent.

Le lendemain.

Taxi arriva au garage.

Alors que Christophe n’était pas arrivé.

Les garçons : Bonjour Taxi.

Olivier : Toujours aussi belle.

Taxi : Bonjour les garçons; je voulais vous dire que moi et mon frère on s’en va; on part en province.

Olivier : Ben pourquoi ?

Taxi : Béné a rompu avec Fabrice et Fabrice est trop mal; il ne pourra pas voir à nouveau Béné et José ensemble sans avoir mal, donc on s’en va. Je ne vous oublierai jamais, soyez-en sûrs. Je n’en veux pas à Béné, mais c’est comme ça, c’est la vie. Vous m’avez tous aidée, vous avez été une vraie famille pour moi, mais je dois partir pour sauver mon autre famille. Faites un gros bisous aux filles pour moi. Alors tchao tout le monde.

Taxi et les garçons s’embrassèrent et elle partit.

Chacun était mal. Ils avaient tous très vite adopté Taxi, c’était comme la petite sœur de la bande, celle qu’on voulait protéger. Et aujourd’hui elle s’en allait, un vide se fit ressentir.
Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule.

Christophe arriva.

Christophe : J’ai quelque chose à vous dire. Bruno est parti et ne reviendra pas. Il vous aime tous mais voilà il est parti. Ne me posez pas de questions, je ne dirai rien d’où il est parti, il m’a fait promettre de ne rien dire et je garderai cette promesse.

Les garçons encore sous le coup de la nouvelle de Taxi, à l’annonce de cette nouvelle-là restèrent bouche bée, prêts à tomber à la renverse.

Nico : Mais … Et Adeline ...

Christophe : Elle n’est pas au courant.

José : Quoi il est parti comme ça sans rien lui dire, mais c’est un goujat, on dirait Christian tiens.

Christophe : Je sais ce que tu penses, mais crois-moi il n’avait pas le choix.

Les filles arrivèrent à ce moment-là.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5382
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: De Hélène au Miracle    Mar 29 Mar - 16:39

Hélène fila vers Nico.

Laly vers Sébastien.

Et José sortit de derrière son synthé pour prendre Béné dans ses bras.

Ceux qui n’étaient pas au courant applaudirent sauf Adeline.

Adeline : Ben il est où Bruno.

Tous se turent.

Christophe : Vous pouvez me laisser seul avec Adeline, je dois lui parler.

Tous les laissèrent seuls voyant qu’il ne plaisantait pas.

Adeline : Mais où est Bruno, qu’est-ce qu’il se passe enfin ?

Christophe : Assieds-toi.

Adeline s’assied, Christophe s’assoie à côté d’elle.

Christophe : Voilà Bruno est parti, il m’a chargé de prendre soin de toi et de ne rien te dire d’où il était parti. Il voulait juste que tu saches que si il ne t’a rien dit, c’est pour ton bien.

Adeline : Non pas ça ! Non il est parti ! Non c’est pas possible, pourquoi il a fait ça, et pourquoi il n'a rien voulu me dire. Je l'aime, je veux savoir.

Christophe: Je sais que tu veux savoir, mais j’ai promis de rien te dire, et je tiendrai ma promesse, c’est mieux pour toi.

Adeline : Ok je te poserai plus de questions.

Et elle éclata en sanglots dans les bras de Christophe. Christophe la serra dans ses bras Il savait le mal que ça faisait. Le mal qu’elle lui avait fait quelques mois plus tôt, et c’est lui aujourd’hui qui la réconfortait, lui qui s’occupait d’elle parce qu’elle ferait toujours partie de lui et pour tenir sa promesse à Bruno. En plus pour elle ça lui faisait encore plus mal car elle ne savait pas pourquoi Bruno était parti, elle ne savait pas où il était, elle pouvait tout imaginer, tout. Il voulait lui dire mais il avait promis à Bruno et une promesse était une promesse et il ne lui dirait rien.

Adeline se releva : Merci d’être là Christophe.

Christophe : Je serais toujours là pour toi, tu le sais bien.

Adeline : Merci.

Christophe : On va rejoindre les autres ?

Adeline : Oui.

Ils rejoignirent les autres chez Alfredo’s.

Les garçons avaient mis les filles au courant du départ de Bruno.

Après que Adeline et Christophe les eurent rejoints.

Les mines étaient défaites, aucun ne comprenait ce qui s’était passé et tout le monde regardait Adeline.
De peur qu’elle s’effondre.

Mais elle était trop fière pour s’effondrer devant eux, bien trop fière. Elle attendrait d’être dans sa chambre pour s’effondrer.

Adeline : Bon si on mangeait, j’ai faim.

Tous commandèrent.

José toujours très fort pour mettre les pieds dans le plat : Taxi est venue nous dire qu’elle partait avec Fabrice dans le sud de la France et vous embrasse les filles.

Béné blêmit : Oh c’est à cause de moi.

José : Je te mentirais si je te disais que c’est pas ça. Oui ils partent parce qu’il ne supporterait pas de nous voir ensemble. Mais Taxi t’embrasse et ne t’en veut pas. Tu as été honnête avec Fabrice.

Béné : Oui mais je voulais pas lui faire du mal.

José : Mais tu sais on a toujours mal en amour quand on est quitté, il n’existe pas de bonne manière.

José regardant Adeline : Oups j’aurais dû me taire moi.

Adeline : Mais non c’est pas grave ça va. Et puis c’est vrai il n’y a pas de bonne manière. Toutes les manières font mal.

Adeline resta debout jusqu’à la fin du dîner puis Christophe la raccompagna à sa chambre.

Dès que Adeline arriva dans sa chambre elle s’effondra sur son lit et pleura. Sans cesse elle se répétait pourquoi, pourquoi il avait fait ça, pourquoi était-il parti sans un mot, sans rien lui dire. Elle regarda Jump couché par terre, elle l’appela et le prit avec elle, elle le serra fort et lui dit : Toi tu me quitteras jamais hein ?
Jump la regarda pour toute réponse et lui donna un coup de langue.
Adeline : Merci mon Jump, et le serra à nouveau. Et elle finit par s’endormir, Jump endormi tout près d’elle, veillant sur son sommeil.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5382
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Re: De Hélène au Miracle    Mar 29 Mar - 16:39

Le lendemain.

Quand Adeline se réveilla, il était très tôt, les filles dormaient encore. Elle se mit à réfléchir. Elle allait déposer Jump dans sa famille à Toulouse. Elle était sûre que le gardien de la cité universitaire se doutait de quelque chose. En plus sa famille avait une grande maison avec un jardin. Elle regarda Jump endormi à ses pieds, il allait lui manquer, mais elle savait que c’était la meilleure solution. Elle les appellerait dès que l’horaire serait décent et irait à Toulouse, l’aller-retour en train lui prendrait deux jours ou trois jours, ça irait.

Béné se réveilla : Salut Adeline ça va ?

Adeline : Oui ça va. J’ai pris la décision d’aller déposer Jump dans ma famille à Toulouse.

Béné : Tu es sûre, c’est soudain.

Adeline : Oui, d’abord parce que le gardien se doute de quelque chose, et puis là-bas il aura une maison avec un jardin où il pourra courir, c’est mieux pour lui.

Béné : Oui mais pour toi après ce qui s’est passé, (elle n’osait pas dire le nom de Bruno) tu penses pas que ça va te faire du mal. Tu es très attachée à Jump.

Adeline : Bien sûr que si mais c’est mieux comme ça, j’en suis sûre.

Béné : Ok comme tu veux. Tu sais que je suis là si tu as besoin de te confier.

Adeline : Oui je sais ma Béné, et elle l’embrassa.

Les filles se réveillèrent à leur tour.

Adeline les mit au courant, toutes eurent la même réaction que Béné mais Adeline les rassura.

Un peu plus tard, Adeline appela donc sa famille, ils étaient d’accord pour prendre Jump.
Elle prit le train le soir même pour Toulouse.
Elle dormit dans le train et arriva tard dans la nuit. Elle prit une chambre d’hôtel pour finir sa nuit avant d’aller chez sa famille.

Elle alla chez son oncle et sa tante.

Son oncle : Bonjour Adeline.

Sa tante : Bonjour, ravie de te voir. Et voilà Jump, oh qu’il est mignon, je suppose que tu dois être déçue de t’en séparer.

Adeline : Oui mais j’ai pas le choix, à la cité universitaire il est plus possible de le garder, et j’aurais peur qu’ils le piquent à la Spa, donc j’ai pensé à vous. J’espère qu’il se plaira chez vous.

Sa tante : Bien sûr il se plaira ici, regarde-le, il joue déjà dans le jardin.

Effectivement Jump jouait dans le jardin, courait, prenant déjà possession des lieux. D’un seul coup le cœur d’Adeline se serra, elle réalisa qu’elle abandonnait un peu comme son enfant, un enfant qu’elle aurait eu avec Bruno. Et que si aujourd’hui elle le chassait de sa vie, c’était aussi pour essayer de chasser complètement Bruno de sa vie, de ses pensées, de ses souvenirs.
Elle resta la journée pour dire à sa famille tout ce qu’il fallait savoir à propos de Jump, elle dormit chez eux et repartit le lendemain pour Paris. Le cœur gros mais sûre d’avoir pris la bonne décision.

Adeline déposa ses affaires à la chambre, cette chambre allait lui paraître vide sans son petit Jump, mais il ne pouvait rester. Certes il lui aurait été un soutien, mais avait-elle vraiment envie d’un soutien, elle se sentait vide. Tellement vide que même ses amis ne pouvaient le combler.

Elle finit par sortir de la chambre et marcha sans but. Ses pas la menant vers le canal, là où il y a quelques temps Nico l’avait repêchée in-extremis alors qu’elle avait voulu mourir. Bruno à ce moment-là lui avait dit qu’il ne la quitterait jamais quoi qu’il arrive, et aujourd’hui il était parti, vraiment parti, et elle ne savait pourquoi. Elle continua de longer le canal, elle avait envie de sauter, de ne plus ressentir ce vide, cet énorme vide en elle qu’elle en était sûre jamais aucun autre homme ne comblerait.

Puis elle pensa à ses amis, à leur peine, à Christophe qui l’aimait encore et qui avait été un vrai ami ces derniers jours. Et elle passa son chemin sans sauter et alla chez Alfredo’s où elle retrouva toute la bande l’accueillantà bras ouverts. Personne ne saurait jamais ce qu’elle avait failli faire.

A l’arrivée d’Adeline, la bande parlait d’habiter une maison tous ensemble. En fait Laly avait proposé à Sébastien d’habiter avec lui et il avait répondu qu'il n’avait pas les moyens. Laly avait été déçue. Puis Nico avait parlé d’une maison qu’il avait vue avec Hélène pas très loin de la ville. Ils pourraient habiter tous ensemble : Laly et Séb, Béné et José, lui et Hélène, et Adeline vu qu’il y avait quatre chambres. Tous étaient d’accord et Adeline aussi car ça lui éviterait elle le savait de vouloir encore une fois faire une bêtise.
Ils burent du champagne et firent la fête pour fêter leur futur emménagement dans la nouvelle maison.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De Hélène au Miracle    

Revenir en haut Aller en bas
 
De Hélène au Miracle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un miracle
» [Kerillis, Hélène] La magissorcière et le tamafumoir
» OCEANIA de Hélène Montardre
» Confiture de Poires Belle Hélène
» Miracle ou pas ?????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des séries :: Créations :: Fan Fictions :: Fan Fictions Tétralogie HG Terminés-
Sauter vers: