Forum dédié aux séries de tous les pays
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rien n'est sans conséquence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5481
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Rien n'est sans conséquence   Mar 29 Mar - 16:21

Rien n’est sans conséquence ….

Auteur : Ze Lamélie
Rating : tout public
Disclaimer : les personnages appartiennent à Jean Luc Azoulay


Coincé dans un ascenseur, Christian était là coincé avec Cathy, ils avaient voulu prendre l’ascenseur avant de retrouver tous les deux Etienne et Johanna qui avaient préféré prendre les escaliers. Mais voilà, ils étaient coincés et ça risquait de prendre des heures. Pour Cathy, qui était un peu claustrophobe, elle était mal à l’aise. Christian se rapprocha d’elle et la prit dans ses bras.

Christian : ça va aller, Cathy, ils viendront vite nous délivré.

Cathy : Merci, Christian. Tu crois qu’Etienne et Johanna sont au courant qu’on est coincés.

Christian : Oui, sans doute. T’inquiète pas.

Cathy : C’est facile à dire pour toi, je me sens oppressé.

Christian : Allez, essaie de penser à autre chose. Tu sais quoi, dis-moi quel est ton plus beau souvenir d’enfance ?

Cathy : Alors, quand j’étais petite, au moment de la veillée de Noël, je regardais des heures dehors pour voir les décorations de noël des maisons alentour, j’adorais la magie de Noël. J’aimais aussi rester dans les escaliers à regarder ma mère cuisinait le repas de Noël. Et toi ?

Christian : Moi, c’est un matin de Noël, j’avais une dizaine d’années et je descends ouvrir mes cadeaux, je vois au centre un gros paquet très gros, je l’ouvre et voilà c’est ma première batterie, je suis tellement heureux que je saute partout.

Cathy : ça ne m’étonne pas de toi, ça en tout cas ça va mieux, merci.

Christian : De rien, tu es mon amie.

Cathy : Pourtant on n’est pas très proches.

Christian : Oui, mais ça ne veut pas dire que je ne t’aime pas. Tu es quelqu’un de bien, que j’aime beaucoup, tu es franche.

Cathy : Oh c’est gentil de dire ça.

Christian : C’est sincère.

Tous les deux se regardèrent à ce moment-là et leurs visages se rapprochèrent. Leurs lèvres se frôlèrent en un baiser doux. Tous les deux l’arrêtèrent très vite.

Cathy : On ne peut pas faire ça.

Christian : Oui, on n’en a pas le droit.

Ils s’éloignèrent l’un de l’autre chacun à un coin de l’ascenseur.

Cathy : Vu que ça restera ici, je peux te dire que tu embrasses très bien.

Christian : Toi aussi. Et….

Cathy : Et quoi ?

Christian : Je t’ai toujours trouvé très belle.

Cathy : Merci. Tu es pas mal non plus tu sais.

Christian se rapprocha à nouveau de Cathy. Cathy embrassa à nouveau Christian, plus passionnément cette fois-ci.

Cathy : On ne devrais pas faire ça.

Christian : Oui, mais j’en ai terriblement envie. Tu es tellement douce.

Ils continuèrent de s’embrasser, puis se déshabillèrent et firent l’amour. Après l’avoir fait, ils se sentirent tellement honteux, qu’ils se rhabillèrent.

Cathy : On n’aurait pas dû faire ça.

Christian : Oui, on n’aurait pas dû.

Cathy : Ce qui s’est passé dans cet ascenseur, on en parlera plus jamais d’accord. On oublie.

Christian : Oui, on oublie. Il ne sait jamais rien passé.

Quelques heures plus tard, ils sortirent enfin de l’ascenseur, et retrouvèrent Etienne et Johanna, aucun des deux ne dirent jamais ce qui s’était passé entre eux dans cet ascenseur. A personne, ce secret resta entre eux pour toujours. Plus jamais ils ne reparlèrent de ce moment -là dans cet ascenseur. Pourtant tous les deux y repensèrent souvent.

Quelques années plus tard, Cathy et Etienne étaient mariés et avaient un enfant né peu avant leur mariage. Cathy était persuadé qu’Etienne était le père de Lucas mais de temps en temps, elle avait l’impression qu’il ressemblait à Christian. Mais non ce n’était pas possible.

Lucas avait dû faire une prise de sang pour avoir sa carte de groupe sanguin. Mais qu’elle ne fut pas la surprise d’Etienne quand il vit le groupe sanguin de son fils il était AB positif alors que lui et Cathy était AB négatif. Son fils n’aurait pas dû être positif, cela voulait dire que Lucas n’était pas son fils. Cathy l’avait trompé. En rentrant chez lui avec les résultats, Etienne était en rage.

Etienne : Salope, tu m’as trompé, quand est-ce que tu allais me dire que Lucas n’étais pas mon fils ?

Cathy : Quoi … mais bien sur qu’il est ton fils ? Je ….

Etienne : Regarde les résultats ça ne peut pas être mon fils, nos groupes sanguins ne sont pas compatibles.

Cathy : Je ….. je vais t’expliquer … je .. ce n’est pas ce que tu crois ? Déjà j’étais sûr que Lucas était ton fils, car … je ne … t’ai trompé qu’une seule et unique fois … C’était une erreur.

Etienne : Ah oui bien apparemment il a un fils et dis moi je le connais ? C’était quand ?

Cathy : Ah quoi ça te sert de savoir ça ? Même si Lucas n’est pas ton fils biologique, tu es son père, c’est toi qui est avec lui , qui est là pour le border , le mettre au lit …

Etienne : Si tu ne veux pas me répondre c’est que je le connais allez dis moi c’est qui et quand c’était ?
Cathy : C’est … Christian quand …. Quand on était bloqué dans l’ascenseur … on était en huis clos, on … a parlé et … mais on s’en est tout de suite voulu. Et on en a plus jamais parlé après.

Etienne : Christian, le salaud, et ..je veux plus te voir pour l’instant, tu me dégoutes, je pars à l’hôtel.
Cathy : Mais, s’il te plait, pardonne-moi. Je t’ai bien pardonné ta finlandaise.

Etienne : Je suis désolé mais moi ce n’était pas avec ta meilleure amie que je t’ai trompé.
Etienne pris quelques affaires et claqua la porte.

Cathy pleura toutes les larmes de son corps. Elle appela Christian

Cathy : Christian c’est moi, je .. dois te dire quelque chose mais … je ne peux pas te le dire au téléphone, tu peux passer à la maison.

Christian arriva chez elle quelques minutes plus tard.

Christian : Je suis arrivé aussi vite que j’ai pu, qu’est-ce qu’il y a ?

Cathy : Etienne sait pour nous et ce qui s’est passé dans l’ascenseur … et si j’ai dû le mettre au courant, c’est parce que … Lucas n’est pas son fils … il n’a pas le bon groupe sanguin … C’est le tien, Christian. Je .. suis désolé de te l’annoncer comme ça. Mais je savais pas quoi faire, si tu savais, Etienne est dans une colère noire.

Christian : Je m’en doute, je le serais aussi à sa place. J’imagine la colère de Johanna quand elle va savoir aussi. Il va falloir que je la mette au courant. Tu sais Cathy, je serais là pour Lucas, j’étais déjà là en tant qu’ami, si tu as besoin je serais là.

Cathy : Merci, je sais. Même si je ne savais pas que c’était ton fils par moments je pense que je le pressentait, je trouvais qu’il te ressemblait mais j’essayai de me convaincre du contraire.
Christian : Cathy ... tu regrettes ce qui s’est passé dans l’ascenseur ?

Cathy : Oui et Non … oui car ça fait souffrir Etienne aujourd’hui et non car sans ça Lucas ne serait pas là aujourd’hui et j’aime mon petit bout et j’avais adoré ce moment entre nous.

Christian : Moi aussi, j’ai adoré.

Christian s’en alla. Pendant tout le trajet du retour, il se demanda ce qu’il allait dire à Johanna, elle lui en voudrait à mort comme Etienne. Ce qui était normal, mais il pensait aussi à Lucas, il était son fils. Il l’avait toujours adoré Lucas, et maintenant il était son père. Il pensait à Cathy aussi, leur moment dans cet ascenseur aura eu des conséquences qu’ils n’auraient jamais imaginé. Ils avaient juste eu besoin d’être ensemble l’un et l’autre pendant un instant.

Arrivé chez lui, ses affaires étaient dehors dans l’allée. Etienne avait dû tout dire à Johanna.
Christian : Johanna, ouvre-moi, laisse-moi te parler.

Johanna : Ah quoi bon, Etienne m’a tout dit, tu m’as trompé avec l’une de mes meilleures amies et en plus vous avez un enfant ensemble, je n’ai plus rien à te dire.

Christian : Je sais …. Mais c’était il y a des années sur l’instant une seule fois , on s’en est voulu tout de suite après , je sais que ce n’est pas une excuse et pour Lucas, je suis son père mais pour lui ce sera toujours Etienne son père qui l’a vu naître même si je serais toujours là pour lui. Je t’aime ma Johanna.

Johanna : Tu peux ce que tu veux, rien ne changera ce qui s’est passé et qui me dis que quand tu iras voir ton fils chez Cathy, tu en profiteras pour recommencer avec elle ? Après tout ça devait être bien vu que vous avez un enfant. Alors va la retrouver et ne cherche plus jamais à me revoir.

Christian récupéra ses affaires et alla à l’hôtel. Il appela Cathy pour lui dire que Johanna ne voulait plus le voir.

Cathy : Je suis désolé, Christian.

Christian : Ne le sois pas, je suis fautif autant que toi dans l’histoire. Je passerais demain pour emmener Lucas à l’école si tu veux.

Cathy : Merci, d’habitude c’était Etienne mais …

Christian : T’inquiète pas je vais prendre mes responsabilités.

Cathy : Merci Christian, merci pour Lucas

Christian : Allez, dors à demain.

Cathy : A demain.

Christian dans sa minuscule chambre d’hôtel, se dit qu’il avait fait d’énormes bêtises dans sa vie. Il avait perdu Johanna certainement pour toujours mais il ne ferait pas la bêtise d’abandonner son enfant. En plus le souvenir de l’ascenseur dans les bras de Cathy le hantait et si Johanna avait raison et s’ils se retrouvaient à nouveau dans les bras l’un de l’autre.

Cathy, avait arrêté de pleurer Etienne, elle regardait Lucas dormir dans sa chambre. Elle aimait son fils tellement fort. Et dire que c’était la nuit dans l’ascenseur avec Christian qui lui avait donné. Elle avait souvent pensé à ce qui s’était passé entre eux. Peut-être que Lucas était un moyen de leur dire qu’ils devaient se retrouver à nouveau ensemble.

Le lendemain

Christian qui n’avait pas très bien dormi, parti très tôt voir Cathy. Cathy qui devait partir au travail avait déjà préparé Lucas. Cathy embrassa fort son fils avant d’aller à son travail. Christian emmena son fils à l’école qui était à deux pas. Il le déposa devant l’école et le petit embrassa fort celui qui pour lui était encore son tonton Christian. Il s’était bien demandé pourquoi celui qu’il considérait comme son papa n’était pas là. Mais avant de partir, Cathy lui avait dit qu’il travaillait. Après avoir déposé Lucas, il partit lui-même à son propre travail.

Quand arriva le soir, il alla chercher Lucas, Lucas couru vers lui.

Lucas : Tonton Christian, c’est toi qui est venu me chercher à l’école, il est ou Papa ?

Christian : Papa, il avait des petites choses à faire mon grand. Mais t’inquiète pas, il t’aime très fort.

Christian ramena Lucas chez Cathy. Elle lui avait laissé ses clefs. Il le fit rentrer et le fit goûter et faire ses devoirs en attendant Cathy. Cathy arriva quelques minutes plus tard. Lucas lui sauta dans les bras et lui raconta sa journée. Il lui raconta aussi que Christian lui avait fait faire ses devoirs. Même si Lucas était content de sa journée avec tonton Christian, il demanda après son père. Cathy ne savait que répondre. Elle n’avait pas eu de nouvelles d’Etienne depuis la veille, et ne savez pas s’il voudrait revoir Lucas. Elle lui dit qu’il était partie en voyage, travaillé. Lucas sembla se satisfaire de la réponse et parti dans sa chambre.

Christian resté seul avec Cathy se prépara à partir.

Cathy : Merci pour Lucas.

Christian : C’est normal.

Cathy : Tu es sur que tu veux partir maintenant.

Christian : Oui. C’est mieux.

Cathy : D’accord.

Pendant ce temps-là du côté d’Etienne et Johanna, après avoir tout dit à Johanna, Etienne avait passé la nuit chez elle dans la chambre d’amis. Ils étaient allé au travail et s’étaient retrouvé le soir, ils étaient tous les deux déçu et en colère vis-à-vis de leurs conjoints respectifs. Etienne pensait à Lucas. Il aimait ce petit bonhomme et savoir qu’il n’était pas de lui le dégoutait et l’énervait. Pendant des années, il avait cru qu’il était son fils, est-ce qu’il pourrait pardonner à Cathy ? Est-ce qu’il pourrait le considérer encore comme son fils ? Il ne le savait pas. Quand à Johanna, pardonné à Christian lui était devenu impossible, elle aurait toujours le doute vis-à-vis de Cathy ?

Ils en étaient là de leurs réflexions mais décidèrent de faire abstraction de tout ça et de passer une bonne soirée entre amis, ils dinèrent donc ensemble et s’installèrent devant un bon film à la télé. Ils allèrent se coucher.

Etienne : Je te remercie, Johanna de m’héberger.

Johanna : De rien, Etienne s’est bien normal. On est dans la même galère.

Ils s’embrassèrent pour se dire bonne nuit mais leurs lèvres se frôlèrent. Surpris, ils se quittèrent à la porte de leurs chambres puis finalement revinrent l’un vers l’autre et s’embrassèrent à nouveau. Etienne souleva Johanna tout en continuant de l’embrasser et la mena dans sa chambre, tout en continuant, ils se déshabillèrent. A un moment, Johanna arrêta Etienne.

Johanna : Tu crois que c’est une bonne idée ?

Etienne : Non, mais je pense à Cathy et Christian et je me dis qu’au moins on se sera vengé. Et puis tu es magnifique, belle, désirable, j’ai terriblement envie de toi.

Johanna : J’ai envie de toi, moi aussi.

Ils continuèrent donc de se déshabiller et firent l’amour.

Le lendemain

Johanna se réveilla à côté d’Etienne, elle le regarda, elle aurait dû se dire que c’était trop tôt , que c’était n’importe quoi ce qu’il avait fait cette nuit et pourtant elle ne regrettait rien, non au contraire, dans les bras d’Etienne, elle s’était à nouveau senti vivante. Etienne se réveilla aussi.

Etienne : Salut

Johanna : Salut dit-elle en l’embrassant.

Etienne : hum ça veut dire que tu as aimé cette nuit je suppose.

Johanna : Oui c’est ça et j’ai très envie de toi encore.

Etienne : ça peut s’arranger.

Il l’embrassa à nouveau fougueusement et elle se laissa faire et ils refirent l’amour encore une fois.

Johanna : Il faudrait qu’on se lève, on doit aller au boulot.

Etienne : On pourrait se faire porter malade et rester au lit toute la journée.

Johanna : Très tentant. Passe-moi le téléphone.

Ils téléphonèrent tous les deux à leurs travails respectifs et se firent porter malade. Ils passèrent la journée au lit.

Quelques jours plus tard

Etienne et Johanna avaient décidé de parler à Cathy et Christian, Etienne voulait encore faire partie de la vie de Lucas. Johanna l’avait poussé dans cette voie, il ne pouvait pas renier celui qu’il avait considéré comme son fils pendant des années.

Ils avaient décidé de diner tous les quatre dans un restaurant. Une baby-sitter gardait Lucas.
Etienne et Johanna étaient arrivés les premiers, et s’embrassaient quand Cathy et Christian arrivèrent. Les deux se regardèrent surpris.

Johanna : Asseyez-vous, on va vous expliquer.

Etienne : Oui, Cathy comment va Lucas ?

Cathy : Il va bien, il demande souvent après toi.

Etienne : J’essaierais de passer le voir de temps en temps.

Cathy : Merci, il faudra que je lui explique. Mais je ne sais pas comment.

Christian : Tu trouveras, on trouvera.

Cathy : Merci.

Johanna : Alors, voilà on voulait vous voir d’abord pour vous dire pour nous deux, avant que vous ne l’appreniez par hasard. Moi et Etienne, on vous en voulait et en fait je l’ai hébergé dans la chambre d’amis et en fait on a fini par tomber dans les bras l’un de l’autre et on doit vous remercier pour ça car sans ce qui s’est passé entre vous, on ne serait pas ensemble tous les deux.

Christian : Je… On est content pour vous.

Cathy : Oui, si vous êtes heureux c’est le principal pour nous.

Etienne qui avait le bras autour de la taille de Johanna répondit : Oui, on est heureux, on vit l’instant présent.

Ils dinèrent tous ensemble, Etienne et Johanna étaient très proches, cela faisait très bizarre à Cathy et Christian. Ils étaient contents pour eux bien sur ils paraissaient heureux et ne leur en voulaient plus mais cela était très bizarre comme s’ils avaient attendus une erreur de leur part pour craquer l’un pour l’autre.

Le diner se passa bien, il fut convenu qu’Etienne passerait le lendemain voir Lucas, entre temps Christian et Cathy lui aurait parler.

Cathy et Christian raccompagna Cathy chez elle. Après quelques minutes, Christian rompa le silence.

Christian : ça te fait quoi pour Etienne et Johanna ?

Cathy : je ne sais pas, ils ont l’air très heureux donc d’un côté ça m’enlève un poids mais de l’autre j’ai l’impression que je n’étais rien pour Etienne. C’est tellement tôt.

Christian : Oui, je ressens la même chose. Mais en même temps tant mieux pour eux. On les a fait souffrir, ils ont droit au bonheur.

Cathy : Oui, tu as raison. Mais comment je vais expliquer à Lucas pour Etienne et Johanna, il ne va pas comprendre.

Christian : On arrivera à trouver les mots Cathy, on est ses parents.

Cathy : J’espère.

Tout en parlant, ils étaient arrivés chez Cathy. Cathy et Christian rentrèrent et payèrent la baby sitter qui s’en alla. Christian alla embrasser Lucas. Il aimait tellement cet enfant. Il l’aimait plus que lui-même. Cathy regardait Christian avec son fils. Ils étaient si mignons tous les deux. Christian se leva et retourna vers Cathy. Ils fermèrent la porte pour laisser leur fils dormir.

Christian : Je vais y aller. Il se fait tard.

Cathy : Oui, il se fait tard. Tu ne veux pas rester ici, comme ça tu seras avec moi pour tout expliquer à Lucas demain matin.

Christian : Si tu veux.

Cathy : Oui, s’il te plait. Serre-moi dans tes bras.

Il serra Cathy dans ses bras. Cathy releva sa tête et approcha son visage de celui de Christian. Elle l’embrassa. Christian répondit à son baiser mais finit par l’arrêter.

Cathy : Pourquoi tu l’arrêtes ?

Christian : Tu ne fais ça qu’à cause d’Etienne et Johanna. Tu es juste mal.

Cathy : Non, je le fais car j’en ai envie, car tu es le père de mon fils, tu es celui qui depuis quelques jours me fait sourire, j’aime te voir ave Lucas, j’aime l’homme que tu es et surtout je repense depuis quelques jours sans cesse à ce qui s’est passé dans l’ascenseur.

Cathy embrassa à nouveau Christian qui répondit à nouveau à son baiser, le baiser fut de plus passionné. Christian prit Cathy dans ses bras, la souleva et la porta jusqu’à la chambre. Ils s’aimèrent à nouveau cette nuit-là.

Le lendemain, Christian se réveilla, le premier, il regardait la femme qui était à côté de lui, il n’aurait jamais cru possible qu’il se passe quelque chose entre eux et pourtant il avait passé la nuit la plus merveilleuse de sa vie. Il savait aujourd’hui que c’était elle, il avait vécu une belle histoire avec Johanna mais aujourd’hui sa place était aux cotés de Cathy et de son fils.

Il la regardait dormir, tout en la regardant il caressait son visage, ses bras comme s’il voulait être sure qu’il ne rêvait pas. Cathy bougea et finit par ouvrir les yeux. Elle le regarda, elle aussi était heureuse et avait passé la plus belle nuit de sa vie. Elle n’avait aucun regret, elle embrassa Christian qui était penché sur elle.

Christian : J’adore le goût de tes lèvres.

Cathy : Moi aussi j’adore les tiennes.

Christian : Il va falloir qu’on se lève, vaut mieux pas que Lucas nous surprenne tout de suite au lit ensemble.

Cathy : Tu as raison. Je me demande toujours comment on va lui dire.

Christian : Moi aussi.

Cathy : On verra bien, va à la douche.

Christian : hum, tu ne veux pas venir avec moi ?

Cathy : C’est tentant, mais Lucas va pas tarder à se réveiller et vaut mieux que son petit déjeuner soit prêt.

Christian : D’accord je vais à la douche et tu prépares le petit déjeuner.

Ils se séparèrent à regrets.

Cathy prépara le petit déjeuner, Lucas se réveilla quelques minutes plus tard.

Lucas : Tonton Christian a dormi ici ?

Cathy : Oui, il a dormi ici car on avait quelque chose de très important à te dire tous les deux.

Lucas : ça concerne Papa c’est ça ?

Cathy : Oui, ça concerne Papa. Il va venir te voir cet après-midi mais il fallait qu’on te dise quelque chose avant.

Lucas : Tu n’aimes plus Papa ?

Cathy : Oui, je n’aime plus ton Papa mais il t’aime toujours très fort et ça ne changera rien, moi aussi je t’aime très fort. Il y a autre chose, Papa est amoureux de Tata Johanna maintenant , et moi je suis …. Amoureuse de Tonton Christian.

Lucas : Tonton Christian est ton nouvel amoureux ?

Cathy : Oui, et tu sais tonton Christian t’aime beaucoup aussi.

Christian : Oui, je t’aime beaucoup Lucas tu sais.

Lucas : Oui, je sais tonton, je t’aime aussi beaucoup tu es mon tonton.

Cathy : Je sais que tu ne dois pas comprendre ce qui se passe mais sache que ton Papa et moi, on t’aimera toujours très fort.

Lucas : Oui, je sais et puis j’ai pleins de copains qui sont divorcés dans ma classe.

Cathy : ça va, tu nous en veux pas, tu es sûr ?

Lucas : Mais non ma maman, je t’aime.

Et il se blotti très fort contre sa maman.

Christian regarda la scène, il était heureux de voir son fils prendre si bien les choses. Mais il se doutait qu’il ne prendrait pas si bien les choses et ne comprendrait pas quand il saurait que son père n’était en réalité pas son père mais que c’était lui. Il devrait lui dire un jour ou l’autre mais pour l’instant ils ne pouvaient pas.

L’après-midi, Etienne vint voir Lucas avec Johanna, ils l’emmenèrent au parc et pendant ce temps Christian et Cathy parlèrent d’eux, Christian alla chercher ses affaires restaient à l’hôtel et s’installa à la maison. Cathy et Christian passèrent l’après-midi dans les bras l’un de l’autre.

Un an plus tard, Cathy donna naissance à une petite fille, qu’ils appelèrent Luna. Elle était magnifique et Cathy et Christian était heureux tout comme Etienne et Johanna qui venait de donner naissance à des jumeaux, Léa et Tom.

Rien n’est jamais sans conséquence, une erreur, un moment d’amour même bref peut donner la plus belle des familles.

FIN.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rien n'est sans conséquence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gagnez de l'oseil sans rien faire !
» connaissez vous le reversi?
» Regardez la journaliste de Tshala Mwana
» Et si chaque jour vous deviez travailler avec quelqu`un qui fait rien que chialer sans arret...comment le prendriez vous ?
» Hommage à celui sans qui rien ne serait arrivé....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des séries :: Créations :: Fan Fictions :: Fan Fictions Tétralogie HG Terminés-
Sauter vers: