Forum dédié aux séries de tous les pays
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le véritable amour nous rend meilleur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5377
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: Le véritable amour nous rend meilleur...    Mar 29 Mar - 16:01

Le véritable amour nous rend meilleur…


Auteur : Ze Lamélie
Série dont est tirée la fiction : Les mystères de l'amour
Rating : tout public
Disclaimer : les personnages appartiennent à Jean Luc Azoulay

Johanna regardait les étoiles de la nuit au-dessus d’elle, et elle pensait à ses amis , à la France. A Christian, évidemment, elle avait tellement eu mal ce jour-là. Elle avait essayé de faire bonne figure mais elle avait été déçue par Christian et elle s’était surtout senti vieille. Depuis qu’elle était rentré, elle n’avait fait que travaillé, reléguant tout le reste au second plan.  Et puis il y avait José, elle aurait tellement voulu le voir. Leur coup de téléphone lui avait rappelé tellement de souvenirs.  


Parfois elle se demandait si… si elle n’était pas retourné vers Christian et lui vers Bénédicte,  qu’est ce qui ce serais passé ? Est-ce que comme avec Christian, elle serait partie pour cacher sa maladie ? Sans doute mais elle en était pas si sûr, car l’épreuve qu’ils avaient vécu ensemble entre la perte de leur enfant et sa stérilité les avaient rendus encore plus proches qu’ils ne l’étaient. D’ailleurs quand elle était partie, elle avait pensé à lui dire la vérité à lui seulement à lui. Ils seraient sans doute heureux ensemble à l’heure qu’il est. Au lieu de ça, ils avaient retrouvés leur amour de jeunesse qui avaient tous les deux finis par leur faire du mal. Si c’était un signe.  Un signe que leur histoire pourrait recommencer. En ce moment, elle avait qu’une envie appeler José, savoir s’il allait bien.  Christian, elle s’était rendu compte qu’elle avait muri plus vite que lui, quelque part Angèle était la personne qu’il lui fallait, ils étaient du même âge. 


Elle appela José. 


Johanna : Allo José , c’est Johanna, comment tu vas ? 


José : Moi très bien , justement j’allais t’appeler , moi et Béné on va se mariait je voulais t’inviter au mariage, il y aura tout le monde et nos anciens amis aussi seront là Cynthia , Sébastien et Manuela. 


Johanna eu un pincement au cœur malgré elle : Mais c’est génial, je suis tellement contente pour vous, je sais pas si je pourrais venir mais j’essaierais c’est quand. 


José : Je te préviens un peu tard mais c’est dans deux semaines. 


Johanna : Ah oui , c’est tard. Je vois ce que je peux faire et sinon tout le monde va bien ? 


José : Oui ça peut aller, … J’ai bien quelque chose à dire mais ça risque de te rappeler de mauvais souvenirs. 


Johanna : C’est-à-dire ? 


José : Tu es assise ? Jeanne était enceinte , elle a perdu le bébé et … on lui a annoncé qu’elle … était stérile. 


Johanna : Oh non !! Comment elle va ? 


José : Elle est partie on ne s’est pas où, Nico va mieux mais il a été sonné et mal pendant quelques jours. 


Johanna : J’espère que vous l’aidez tous. 


José : Oui, on essaie. Ça va ? Je sais que ça a dû te rappeler des mauvais souvenirs. 


Johanna : Non ça va, t’inquiète pas. 


José : J’ai hâte que tu viennes pour le mariage tu sais. Déjà que la dernière fois, on a pas pu se voir. Tu nous manques, tu sais ? 


Johanna : Je sais. Vous aussi vous me manquez. 


Ils parlèrent encore quelques minutes le temps de mettre au courant des nouvelles de la bande. 


Johanna raccrocha et pleura ainsi José va se marier avec Béné son amour de jeunesse. Ça fait mal, et dire qu’il l’avait demandé en mariage et qu’elle avait dit oui. Ils devraient être mariés à l’heure qu’il est et il allait épouser Béné. 
 
Aller au mariage, c’était se faire du mal et en même temps c’était les revoir tous. Hélène lui manquait tellement, sa meilleure amie. Elle décida d’aller au mariage de ses amis même si ça lui faisait mal. 


Quelques jours plus tard, José vint chercher son amie à l’aéroport, il avait voulu venir la chercher, c’était sa meilleure amie, elle lui avait tellement manqué et la dernière fois qu’elle était venue à Paris, il n’avait pas pu la voir. Béné l’avait lassé y aller consciente que c’était important pour lui-même si elle avait une petite inquiétude mais elle avait confiance en lui. Cette inquiétude n’avait pas lieu d’être. 


José en voyant Johanna la prit dans ses bras et Johanna était elle aussi heureuse de voir son ami. Ils décidèrent d’aller prendre un café avant de rentrer à la maison et de voir les autres.  


Johanna regardait José, son look de mousquetaire, lui donné l’air plus mur et plus posé, aujourd’hui elle avait en face d’elle quelqu’un d’adulte,  un peu comme à Love Island quand ils étaient ensemble. Il était heureux avec Béné et ça se voyait. Elle savait qu’elle n’aurait pas dû venir, que leur histoire était du passé pour lui mais elle avait trop envie de le revoir. Son regard, son sourire lui manquait trop. Elle se faisait du mal et en même temps, ça lui faisait du bien de le revoir. Elle appris avec beaucoup de surprise qu’Hélène était avec Peter et tout ce qu’avait fait Nicolas. Quand José lui raconta, elle ne reconnut pas le Nicolas qu’elle avait connu. 
José lui demanda alors si elle avait trouvé quelqu’un. Comment lui dire que non elle n’avait trouvé personne car elle pensait encore à leur histoire, que son mariage à lui,  lui avait rouvert la blessure de leur enfant perdu et de leur mariage qui n’avait jamais eu lieu. 
José la regardait, il la connaissait très bien et voyait bien que quelque chose n’allait pas. 


José : Qu’est-ce qu’il y a qui va pas ma belle ? J’ai l’impression que tu me cache quelque chose, tu sais que tu peux tout me dire. 


Johanna : ça va tout va bien. 


José : Pas à moi, je te connais je vois bien qu’il y a quelque chose. 


Johanna : Je … Je ne peux pas te le dire. 


José : Pourquoi ? 


Johanna : Parce que … je t’en supplie ne me demande plus rien. 


José : D’accord mais tu sais que je suis ton ami et que je serais toujours là pour toi. 


Johanna dans ses pensées, pas comme je le souhaite, tu ne me prendras plus dans tes bras, je ne connaitrais plus le gout de tes lèvres sur les miennes.  Si tu savais comme tu me manques. 


Ils finirent par arriver à la maison, Johanna fut épaté, elle l’a trouvé grande et magnifique. 


Béné , Hélène et les autres quand ils la virent arriver, se précipitèrent et l’embrassèrent . Ils la serrèrent dans les bras chacun à son tour. Johanna dans le creux de l’oreille d’Hélène lui fit comprendre qu’elle voulait la voir seule. 


Quelques minutes plus tard, Hélène monta avec Johanna dans la chambre qui lui était destiné, José monta ses affaires et les laissa seuls. Il savait qu’elles avaient des choses à se dire et il savait aussi que seule Hélène pourrait faire dire à Johanna ce qui l’a tracassé. 


Hélène : Comme je suis contente de te voir. 


Johanna : Moi aussi, moi aussi et elles s’étreignirent toutes les deux. 


Hélène : Johanna, je sais qu’il  y a le décalage horaire mais je te trouve une petite mine, ça ne va pas. 


Johanna : Non, ça ne va pas. Je n’aurais pas dû venir. Je n’arrête pas de penser que je devrais être à la place de Béné et être marié à José. On s’aimait tellement tous les deux. Pourquoi je suis retourné vers Christian et lui vers Béné. Christian restera toujours un gamin, on a plus rien en commun. C’est José que j’aime mais lui en aime une autre. 


Hélène prit Johanna dans ses bras : ma belle, je ne sais pas quoi te dire, tu sais l’amour ne se commande pas peut –être que tu tomberas amoureuse de quelqu’un quand tu t’y attendras le moins. 


Johanna : tu veux dire comme toi avec  Peter Watson ? 


Hélène : Ah José te l’as dit. Oui, comme moi avec Peter, il me rend heureuse vraiment heureuse tu sais. Avec lui, tout est facile, il m’aime sincèrement et je me sens enfin la seule femme dans les yeux de quelqu’un. Nicolas m’a fait trop de mal Johanna. Il m’a blessé par son instabilité, ses va et vient. J’ai été qu’une bouche-trou ces dernières années quand Jeanne n’était pas là. Maintenant c’est fini. Il est toujours mon ami. Mais je ne laisserais plus l’amour que j’ai eu pour lui me bouffer l’existence comme elle me l’a bouffé. 


Johanna : Je ne t’ai jamais vu comme ça, tu as changé toi aussi. 


Hélène : Oui, par la force des choses j’ai changé. Je sais que jamais plus Nicolas ne  redeviendra l’homme que j’ai aimé. Il n’aime que lui. Il a fait souffrir moi, Jeanne, la sœur de Béné et Ingrid. Je serais toujours là pour lui en tant qu’ami mais plus jamais je ne serais avec lui. 


Johanna : Tu es sur que Peter a changé et est le bon ? 


Hélène : Non, je n’en suis pas sûr mais aimer c’est prendre des risques. Je sais que j’en prends en étant avec lui mais j’aime ça aussi. 


Johanna : Tu as raison. Aimer c’est prendre des risques. J’aime te voir comme ça heureuse. 


Hélène : Merci ma Johanna, j’espère que toi aussi, tu seras bientôt heureuse. 


Johanna : Je l’espère aussi en tout cas ça m’a fait un bien fou de te parler. 


Pendant ce temps José était avec Nicolas, Il était soucieux, Johanna paraissait mal mais n’avait rien voulu lui dire et ça le perturbait. Il aurait tellement voulu qu’elle soit autant heureuse que lui.  Elle avait tellement compter pour lui et compter encore tellement. Son absence du jour au lendemain avait été très dur pour lui même s’il ne l’avait dit à personne. Il avait préféré ne rien montrer et être là pour Christian mais elle lui avait énormément manqué et la savoir malheureuse, le rendait malheureux aussi. 


Nicolas : José, tu as l’air soucieux  qu’est ce qu’il y a ? 


José : C’est Johanna, j’ai l’impression que quelque chose ne va pas mais elle n’a rien voulu me dire ? 


Nicolas : Peut-être que ton mariage lui rappelle votre histoire et qu’elle aurait pu être à la place de Béné ? 


José : Je sais pas, je pense pas, elle était revenu pour Christian la dernière fois , elle a oublié notre histoire. 


Nicolas : Et toi, tu as oublié votre histoire ? 


José : Je crois, oui elle compte beaucoup pour moi mais je pense sincèrement être amoureux de Béné


Nicolas : Tu pense ou tu es sur ? Ne fait pas la même erreur que moi, à trop avoir fait la girouette , j’ai tout perdu. 


José : Tu t’en aperçois c’est déjà ça, moi je ne sais pas, je me pose pas la question ou en tout cas je me la posais plus. Mais tu as raison je devrais véritablement savoir si je ne ressens plus rien pour Johanna.  Quand à toi, tu sais aujourd’hui laquelle tu aimes vraiment ? 


Nicolas : Non, honnêtement j’ai eu tellement mal de voir Jeanne avec Jimmy et Hélène avec Peter que je ne sais pas. Je me dis que dans les deux cas c’est mon égo qui en a pris un coup car d’un côté l’une c’est pour un de mes meilleurs amis et l’autre pour mon meilleur ennemi. D’un autre côté, je me dis que j’ai trop joué au con et qu’elles méritent toutes les deux mieux que moi et qu’elles ont le droit d’être heureuse , je les ai fait tellement souffrir toutes les deux. 


José : ça tu ne peux pas dire le contraire, tu t’es vraiment mal comporté avec elles et je parle en connaissance de cause. 


Nicolas : Je sais aussi que maintenant aucune des deux ne reviendra vers moi. 


José : Même Hélène ? 


Nicolas : Surtout Hélène, pendant 20 ans elle m’a aimé et n’a jamais voulu passer à autre chose et j’ai était trop con pour le voir, aujourd’hui elle est vraiment passer à autre chose et en aime un autre, elle ne reviendra pas en arrière. Pareil pour Jeanne , elle m’a aimé pendant 15 ans et aujourd’hui elle est partie , je l’ai humilié et c’est fini. Elle reviendra sans doute mais seul Jimmy pourra l’aimer comme je n’ai pas su le faire. 


José : Oui, mais je ne peux pas m’empêcher de penser qu’entre toi et Hélène rien n’est fini. 


Nicolas : Je sais mais je crois qu’aujourd’hui c’est bel et bien fini après peut être quand on sera vieux et retraités et en maison de retraite on se retrouvera mais ça Dieu seul le sait. 


José et Nicolas s’étreignirent et rejoignirent les autres pour le diner. José regardait Johanna, Johanna évitait son regard, Nico avait donc raison c’était leur histoire qui la tracassait. Il regarda Béné, sa douceur, son doux regard, elle discutait avec Sébastien. Quand elle sentit son regard sur elle, elle lui sourit et s’approcha pour se serrer contre lui et l’embrassait. 


Johanna en les voyant comme ça eu un pincement au cœur et sortit dans le jardin. Elle alla sur le banc. Elle se mit à pleurer. 
José qui avait vu Johanna partir dans le jardin, alla la rejoindre. Béné en voyant José rejoindre avec autant d’empressement Johanna, se posa des questions sur son couple. S’il aimait toujours Johanna ? 


José avait rejoint Johanna dans le jardin, il la vit sur le banc qu’elle pleurait.  José s’approcha d’elle.


José : Ma beauté ne pleure pas s’il te plait, je n’aime pas te voir triste.


Johanna : Je ne suis pas triste, c’est juste une poussière dans l’œil.


José : Pas à moi, je te connais on a affronté des épreuves ensemble.  On était là l’un pour l’autre. 


Johanna : Oui, mais c’est fini tout ça. Tu as ta vie et j’ai la mienne. 


José : Tu restes importante pour moi. Sinon je ne serais pas là avec toi.


Johanna : Oui, mais ce n’est plus pareil. 


José : Peut-être mais je serais toujours là pour toi, tu le sais. 


Johanna : Oui, je le sais.  J’ai une question à te poser. Est-ce que tu serais revenu vers Béné si je n’étais pas retourné avec Christian ? 


José : Je … Je ne sais pas. Pourquoi cette question ? 


Johanna : Je … On était si bien ensemble que parfois ça me manque. 


José : Oui, on était bien ensemble … 


Ils se regardèrent intensément et sans que ni l’un ni l’autre ne s’en rende compte, leurs têtes se rapprochèrent et ils s’embrassèrent langoureusement comme avant.  Johanna se rendant compte de ce qu’elle était en train de faire, s’arrêta. 


Johanna : Je … Je suis désolé. On n’aurait pas dû faire ça. 


Johanna regagna alors l’intérieur de la maison laissant un José complètement paumé. Ce baiser l’avait complètement chamboulé. Il était certain d’aimer Béné et maintenant il ne savait plus. Tout était remis en question, ses sentiments pour Johanna avait refait surface la veille de son mariage.


José alla voir Bénédicte et décida de lui dire la vérité. Il avait décidé de ne plus rien lui cacher.


José : Béné, j’ai quelque chose d’important à te dire. 


Béné : ça concerne Johanna c’est ça ? 


José : Oui, pour ne rien te cacher, on s’est embrassé et .. je ne sais plus du tout j’en suis. 


Béné : Je me doutais que ça finirais comme ça, quand je t’ai vu te précipiter pour la retrouver. Tu l’aimes, c’est elle la femme de ta vie. J’ai cru l’être mais ce n’était qu’un rêve. Je vais partir chez mes parents, je rejoindrais Aurélie.  


José : Je .. Je te jure que je t’aime mais … 


Béné : Pas autant qu’elle. .. Ne te justifie pas, je l’ai toujours su. J’ai vu la façon dont tu étais avec elle et comme tu étais avec moi. C’est elle qui a toujours fait sortir le meilleur de toi-même pas moi. 


José : Béné , je … 


Béné : Ne dis rien. Notre histoire a été belle, le temps qu’elle a duré.  On ne revient pas sur le passé. 


Béné partit, elle alla prendre ses affaires et s’en alla. Leurs amis ne comprenaient pas sauf Johanna qui ne comprenait que trop bien. Elle avait brisé un couple. Et si elle et José était pas fait l’un pour l’autre comme elle le croyait. Elle aurait brisé l’union de Béné et José pour rien. 


Johanna prit elle aussi ses affaires, elle n’aurait jamais dû venir, elle avait brisé un couple. José alla la voir dans sa chambre et la vit en train de préparer ses affaires. 


José : Johanna mais qu’est-ce que tu fais ? 


Johanna : Je m’en vais, je n’aurais jamais dû venir, je viens de voir partir Béné. C’est à cause de moi c’est ça ? 


José : Oui, mais surtout à cause de moi et de ce que je ressens toujours pour toi. 


Johanna : Si je n’étais pas venu, tu te serais marié avec Béné. Les sentiments que tu éprouves en ce moment ne sont rien que de la nostalgie. 


José : Je te jure que non, je t’aime Johanna.  Je pensais t’avoir oublier mais c’était faux. Tu es ma beauté, ma femme,  celle qui a porté notre enfant et celle avec qui je veux adopter des enfants et construire une famille, celle qui m’a fait devenir meilleur. C’est toi, uniquement toi. 


Johanna : Je… J’aimerais te croire mais … tu as failli en épouser une autre. Je ne peux pas te croire sachant ça, qui me dis que du jour au lendemain, tu ne te rendras pas compte que c’est Béné. 


Johanna parti de la maison, prit un taxi pour l’aéroport. José était sonné. Mais il savait que c’était Johanna, la femme de sa vie. La seule qui comptait. Il partit la retrouver et à l’aéroport alors qu’elle allait prendre son avion. 


José : Johanna !!! Johanna !!!! 


Johanna : Mais qu’est-ce que tu fais là ? 


José : Je ne veux pas que tu partes, je veux que tu restes, je t’ai laissé partir une fois, je ne referais plus jamais la même erreur. 


Johanna : Mais je …


José : Ne dis rien, tu m’aimes et je t’aime c’est le plus important. 


Il l’embrassa avec fougue et elle répondit à son baiser. Elle ne voulait plus partir, en l’empêchant de repartir, José lui avait offert la preuve d’amour qui lui manquait. Ils repartirent tous les deux à la maison, leurs amis étaient étonnés à part Hélène et Nicolas. 
José et Johanna reprirent leur histoire là où ils l’avaient laissé et très vite ils décidèrent de se marier et d’adopter. La vie était trop courte et ils avaient laissé passer trop de temps, ils ne voulaient plus perdre une seconde. 


Nicolas regardait son meilleur ami heureux comme lui aurait dû l’être s’il avait réussi à choisir. S’il avait arrêté de faire la girouette peut-être qu’il serait marié et heureux mais non il n’avait fait que faire du mal aux femmes qu’il aimait. 


José et Johanna se marièrent avec Hélène et Nicolas comme témoin, Hélène à côté de Peter rayonnait de bonheur. Peter la regardait avec un amour qui n’était pas feint. 


Johanna était rayonnante dans sa belle de mariée et quand elle dit oui. Le sourire de José éclaira son visage et il dit oui à son tour. Ils s’embrassèrent enfin heureux, les embuches, les obstacles, la distance était derrière eux. Jamais plus ils ne se quitteraient, leur amour était bien plus fort encore qu’avant. 


Ils finirent par adopter grâce à Hélène une petite fille qu’ils appelèrent Aurore. Leur petite famille faisait plaisir à voir. Leurs amis heureux gâtaient la petite Aurore comme si c’était leur fille.


Béné finit par revenir, elle n’en voulait pas ni à José ni à Johanna, elle avait décidé d’attendre avant de se lancer dans une nouvelle histoire. Christian et Sébastien étaient là pour elle, de vrais amis très présents. Tout comme Olga qui s’évertuait à vouloir lui trouver un homme. 


José et Johanna partirent à Love Island  avec Aurore, ils voulaient lui faire découvrir ce paradis et par-dessus tout revoir cet endroit qui avait été le premier berceau de leur amour. 


Sur la plage d’Happy Bay, la cabane de Nicolas ou ils avaient passé leur première nuit n’existait plus mais la beauté du lieu était toujours là. Ils s’installèrent sur le sable, Aurore au milieu d’eux dans son coufin. Ils regardèrent l’horizon. Dans les bras l’un de l’autre et sur cette plage avec leur fille, ils se sentaient plus que jamais à leur place. 


FIN. 

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le véritable amour nous rend meilleur...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Google nous rend-il idiots ?
» IAN SOMERHALDER • Tu te souviens, nous nous sommes mariés pour le meilleur et pour le pire.
» Ne sais un jour si nous le reverrons...
» [strike]La liberté rend-elle heureux ?[/strike] Urzu révise
» MARION ET CIE (Tome 1) J'ADOOOORE LES HISTOIRES D'AMOUR ! de Fanny Joly et Catel Muller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des séries :: Créations :: Fan Fictions :: Fan Fictions Tétralogie HG Terminés-
Sauter vers: