Forum dédié aux séries de tous les pays
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La lune s'en fout...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5615
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 35
Localisation : drome

MessageSujet: La lune s'en fout...    Mar 29 Mar - 15:58

La lune s'en fout...


Auteur : Ze Lamelie
Série dont est tirée la fiction : Les Mystères de l'amour
Rating : tout public
Disclaimer : les personnages appartiennent à Jean Luc Azoulay
Note : Cette fic date de 2012-2013 , elle était destiné à quelqu'un pour une opération de noël à l'époque , je n'ai jamais eu le courage de la finir vous comprendrais pourquoi au vu du sujet et je l'avais même oublié à vrai dire. Tout à l'heure je suis tombé dessus et je me suis dis, elle est quand même bien écrite , j'ai trouvé quelques phrases de fin et l'est finalement terminé.

La chanson qui m'a inspirée la fiction : https://www.youtube.com/watch?v=uOAKu_A0K1A


La pluie peut couler
Il me va bien ce temps de chien
Tu m’as laissé tomber
Depuis le vide, depuis plus rien
Plus rien à brûler 
Nos photos vivent, une drôle de fin
Tu pars en fumée
Je n’sens même plus ton parfum
Je t’ai longtemps cherché dans les moindres recoins
Dans mon cœur brisé, ton sourire je l’ai cherché en vain
Plus rien à d’effet 
Rein n’apaise mon chagrin
Mais dans mon lit défait je ferme les yeux en espérant


Dehors il pleuvait, dans sa péniche, il regardait les photos, les photos d’un bonheur passé, elle était partie ne laissant qu’une lettre, une lettre qu’il lisait encore et encore, comment avait-il pu être aussi bête ? il n’avait pas compris, il avait pas compris à quel point cet enfant était important pour elle, pour eux. Il bu encore un peu d’alcool, depuis qu’elle était partie, chaque soir, il en buvait, ça l’aider à supporter son absence. Les photos, ils avaient plusieurs fois eu envie de les bruler mais José et Christian l’en avait empêché de justesse. Sur certaines, on voyait le coin brulé. Mais où étais-t-elle, elle lui manquait tellement. Chaque nuit en s’endormant, il n’espérait qu’une chose.

Que cette nuit tu reviennes te blottir contre moi
Rallumer l’étincelle
Me faire l’amour une dernière fois
Donnes moi de tes nouvelles
Le silence me rend fou
A genou les yeux au ciel
J’hurle comme loup
Mais la lune s’en fout.


Cent fois il lui avait envoyé des lettres, chez ses parents, chez sa sœur, espérant qu’elle lui donne de ses nouvelles, un sms, un mail, une lettre n’importe quoi. Mais rien, rien n’y avait fait, il ne savait pas où elle était partie.

Ne rien regretter
Après nous deux c’était bien
L’orage est passé mes larmes coulent mais de moins en moins
Je me laisse draguer, je frôle d’autres mains
Mais le soir tombé
Je ferme les yeux en espérant


Il avait fini par sortir dans des clubs, il s’était laisser aller avec d’autres femmes mais elle restait au cœur de lui, de son être, chaque soir il y pensait et repensait et n’espérait qu’une chose la revoir…

Que cette nuit tu reviennes te blottir contre moi
Rallumer l’étincelle
Me faire l’amour une dernière fois
Donnes moi de tes nouvelles
Le silence me rend fou
A genou les yeux au ciel
J’hurle comme loup...

Que chaque nuit tu reviennes
Te blottir contre moi
Rallumer l’étincelle
Faire l’amour une dernière fois
Donnes moi de tes nouvelles
Ton silence me rend fou
A genou les yeux au ciel
J’hurle comme loup
Mais la lune s’en fout.


Il regardait par les hublots de la péniche, la lune qui éclairait la nuit et les étoiles, regardait-elle ce même ciel, pensait-elle encore à lui ? Ou avait-elle tourné la page ? Où était-elle ?

Ethiopie au même instant

Hélène regardait aussi le ciel et les étoiles, elle pensait à Nicolas encore aujourd’hui, elle était partie parce qu’il ne voulait pas d’enfant, parce qu’elle ne pouvait pas vivre avec lui sachant qu’elle n’aurait jamais d’enfant, malgré tout l’amour qu’elle avait pour lui, avoir un enfant était ce qu’elle voulait le plus au monde, être mère, elle en rêvait depuis des années , depuis qu’elle savait que c’était lui l’homme de sa vie. Elle n’aimerait jamais aucun homme autant que lui, jamais.
Elle allait rentrer bientôt en France sa mission était finie mais est-ce qu’elle se sentirait le courage de l’affronter, de le revoir et de revoir ses amis… Elle était partie sans un mot pour eux, sans doute parce qu’ils l’auraient convaincu de rester, qu’il aurait changé d’avis avec le temps et elle les aurait écouté forcément parce qu’elle aurait voulu y croire.

A Paris

Nicolas avait passé la nuit avec Ingrid sa dernière conquête une femme à l’opposé d’Hélène, très peu virtueuse, tenancière d’un établissement qui était plus proche d’une maison close que d’un bar. Mais sans Hélène, les bonnes mœurs, Nicolas s’en foutait. Et Ingrid, il devait bien l’avouer savait y faire. Ingrid savait que Nicolas ne l’aimait pas, mais elle ne s’en formalisait pas. Elle ne s’en était jamais formalisée d’ailleurs. Mais elle aimait cet homme pourquoi, elle ne le savait pas au juste peut-être parce qu’elle le sentait mal, parce qu’il l’a touché réellement sans doute plus qu’elle ne l’aurait voulu.
Nicolas essayé d’oublier celle qu’il avait toujours aimé mais il ne pouvait pas, n’y arrivait pas, elle faisait partie de lui c’était son Hélène.

Quelques jours plus tard

Hélène était rentré d’Ethiopie mais n’avait pas eu le courage de voir Nicolas, pas encore par peur, sans doute peur de voir qu’il l’avait remplacé, peur de retomber dans ses bras. Elle avait appelé Rudy, le seul avec Johanna avec qui elle avait gardé quelques contacts, depuis Love Island, il était resté un ami sans faille, ne jugeant rien et comprenant tout. Il était en contact avec la bande mais elle lui avait fait promettre de ne rien leur dire de son retour. Elle voulait se sentir prête avant de les voir, avant de le voir.

Ce jour-là avant de rentrer chez Rudy, ses pas l’emmenèrent à la péniche. Leur cabane à Paris sur la Seine comme ils l’appelaient souvent. En voyant la péniche, son cœur battit plus vite, était-elle prête à y aller, à le voir ? Elle en doutait. C’est là que Nicolas sortit et la vit, il crut qu’il rêvait mais non c’était bien elle.

Nicolas s’avança vers elle et la prit dans ses bras, il avait besoin de la toucher pour voir qu’elle était bien réelle. Il avait tellement rêvé de ce moment-là, de la serrer fort contre lui. Il voulait être sûr qu’il ne rêvait pas.

Nicolas se détachant et passant la main sur les joues d’Hélène : Hélène, … ma douce Hélène, tu es là, si tu savais comme j’ai rêvé de ce moment, de te retrouver. J’aurais tout donné pour te dire que je t’aimais et que je voulais cet enfant. Que j’avais juste eu peur, peur de le perdre encore une fois, peur de te perdre mais j’ai été bête, très bête, un petit bout de toi et moi était une merveilleuse preuve d’amour.

Hélène en écoutant ses mots sentait son cœur s’emballait. Elle avait tellement voulu entendre ces mots. Hélène se blottit un peu plus contre Nicolas. Elle se sentait entière entre ses bras.
Soudain, Ingrid apparu, elle avait tout entendu. Elle voyait la femme que Nicolas aimait tant enfin. Ses mots lui faisaient mal et la touchait en même temps. Un amour comme le leur, elle n’en avait jamais connu et n’en connaitrait certainement jamais. Ni Nicolas, ni Hélène ne l’avait vu. Elle s’éclipsa et partit.

Hélène et Nicolas restèrent un moment enlacés, le temps s’était arrêté. Ils finirent par descendre dans la péniche.

Nicolas : Depuis quand tu es revenue ?

Hélène : Quelques jours, … j’avais peur, peur de te revoir et de revoir nos amis, j’étais partie tellement vite. J’étais chez Rudy.

Nicolas : Tu m’as tellement manqué, si tu savais, je ne suis rien sans toi… Je fais que des conneries.

Hélène : Je … je suis désolé mais mais je ne pouvais pas rester là alors que tu ne voulais pas d’enfant, c’était trop dur.

Nicolas : Oui, je l’ai compris trop tard. Je suis tellement désolé.

Hélène : Ne le sois pas, ça m’a permis de vivre une expérience magnifique en Ethiopie auprés des enfants, c’était une mission qui m’a permis de faire sourire des enfants, des enfants qui n’ont rien. Elle m’a permis de prendre conscience de la misère du monde. Je veux continuer à faire le bien de ces enfants.

Nicolas : Bien sûr que tu peux continuer. La prochaine fois je ferais le voyage avec toi.

Hélène : Si tu veux.

Nicolas : Oui, je veux. Je ne veux plus jamais être séparé de toi plus jamais.

Nicolas embrassa Hélène pour lui montrer combien il l’aimait et combien elle lui avait manqué. Hélène répondit à ce baiser qu’elle avait tellement rêvé.

Nicolas : J’ai quelque chose à te dire quand tu n’étais pas là… J’ai vu des filles, plusieurs mais aucune n’a compté. Je me sentais seul et je pensais sans cesse à toi.

Hélène : Je sais que tu n’as pas été un moine Nicolas. Ne t’inquiète pas.

Nicolas : Oui, mais je sais mais moi je m’en veux.

Hélène : Ce qui compte c’est que tu crois en nous et notre futur et que tu m’aimes vraiment. Tu m’aimes ?

Nicolas : Oui, bien sûr que je t’aime. Dis-t-il en l’embrassant.

Hélène le laissa l’embrasser puis s’éloigna. Elle ne savait pas si elle était prête pour qu’ils se redonnent une chance. Ce qui les avaient séparés était qu’il ne voulait pas d’enfant mais aujourd’hui tout avait changé. Mais elle avait trop peur de souffrir à nouveau. Est-ce qu’elle devait revenir avec lui comme avant au risque d’à nouveau souffrir ? Elle ne savait pas et c’était bien ça le problème.

Hélène : Je .. Je ne sais pas si c’est une bonne idée qu’on recommence. J’ai trop peur de souffrir encore.

Nicolas : Je te promets que tu peux nous redonner une dernière chance. J'étais mal de t'avoir perdu. Plus jamais je ne te ferais souffrir, je te le promets. Je le veux cet enfant, ce petit bout de toi et moi.

Il se rapprocha d'elle et la serra dans ses bras. Elle se laissa faire. Elle se retourna vers lui. Elle savait qu'elle disait la vérité. Elle voulait tellement y croire. Il l'embrassa et elle se serra contre lui. Elle s'abandonna dans ses bras. Elle ne pouvait pas, ne voulait plus lutter.

Hélène et Nicolas s'étaient retrouvés, dans les jours qui suivirent, ils allèrent faire un voyage en Ethiopie. Hélène et lui aidèrent les enfants. Ils étaient heureux. Hélène tomba enceinte et eut quelques mois plus tard, une magnifique fille prénommée Héloïse.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La lune s'en fout...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1500 pts] L'armée de la Lune noire
» Lune de miel au castle club ?
» Tobi et son plan Oeil de la lune
» La lune et Venus par Courtox 29 et 30 janvier
» Au clair de la lune...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des séries :: Créations :: Fan Fictions :: Fan Fictions Tétralogie HG Terminés-
Sauter vers: