Forum dédié aux séries de tous les pays
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De l'amour à la haine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ze Lamélie
Admin
avatar

Messages : 5691
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 36
Localisation : drome

MessageSujet: De l'amour à la haine    Mar 29 Mar - 15:32

De l’amour à la haine…

Auteur : Ze Lamelie
Série dont est tirée la fiction : Les Mystères de l'amour
Rating : tout public
Disclaimer : les personnages appartiennent à Jean Luc Azoulay

Jeanne ne savait pas ce qui allait se passer et qui allait changer sa vie à jamais. Si elle avait su, elle n’aurait jamais continué. Elle n’aurait jamais craqué sur cette homme qui allait tué son frère mais elle ne pouvait l’empêcher le destin était en marche.

Jeanne avait récupérer son visage grâce à ses nombreuses opérations depuis l’accident d’avion à Love Island, elle vivait à Paris. Elle avait des nouvelles de la bande par Rudy. Ce jour-là elle allait voir son demi-frère Cédric.

Jeanne frappa à la porte de l’appartement de son demi-frère.

Jeanne : Cédric, c’est moi Jeanne.

Cédric vint ouvrir.

Cédric : Ravi de te voir soeurette.

Jeanne : Ravi de te voir aussi. Mais tu n’es pas seul, je devrais peut être revenir plus tard.

Ricardo : Cédric, tu ne me présentes pas ?

Cédric : Si, si, je te présente Jeanne ma demi-sœur.

Ricardo : Tu me l’avais caché, elle est superbe.

Jeanne : euh Merci.

Jeanne sentait le regard de Ricardo, sur elle, un regard d’homme avide des femmes, qui considérait les femmes comme des objets sexuels. Mais elle devait s’avouer que Ricardo avait aussi beaucoup de charme, le charme latin et aussi le charme des mauvais garçons.

Ricardo : Je peux vous inviter à diner.

Jeanne hésitait si elle refusait, elle avait peur que son frère en pâtisse : D’accord. Mais seulement un diner.

Ricardo : Bien sur, je suis un gentleman.

Jeanne en doutait, mais elle voulait voir ce que cachait l’assurance de Ricardo. Ricardo parti quelques minutes plus tard, laissant Jeanne et Cédric.

Cédric : Tu n’aurais pas du accepter ce diner.

Jeanne : Pourquoi ? Qui est-ce ?

Cédric : Un membre de la mafia colombienne.

Jeanne : Quoi ? Mais d’en quoi tu t’es encore fourré ?

Cédric : T’inquiète pas, promets-moi que tu n’iras pas à ce diner, je ne veux pas que tu sois mêlé à tout ça.

Jeanne : J’y suis déjà mêlé et puis t’inquiète pas. Je sais me défendre tu le sais.

Cédric : Oui mais Ricardo est sans pitié.

Jeanne : Moi aussi, je peux l’être.

Cédric était inquiet pour sa sœur mais il savait qu’il ne la fera pas changer d’avis. Elle était aussi têtue que leur mère. Il le savait.

Le soir arriva, Jeanne avait mis une belle robe noire qui mettait sa silhouette en valeur et des boucles d’oreilles en argent. Elle rejoignit Ricardo. Il avait un beau costume noir. Quand il la vit devant lui, il la trouva encore plus belle qu’il ne la trouvait un peu plus tôt. Sans doute la femme la plus belle qu’il avait jamais vue. Il ouvrit la porte de la voiture à Jeanne.

Jeanne : Merci

Ricardo : Vous voyez, je peux être gentleman, surtout avec une femme aussi belle que vous.

Jeanne : J’attends de voir.

Ricardo s’installa au volant et l’emmena dans un restaurant chic. Un restaurant que Jeanne n’aurais jamais pu se payer. On les emmena à leur table. Ricardo tira la chaise de Jeanne, elle s’assit et il s’assit à côté d’elle. On leur apporta les cartes. Le diner se passa bien et malgré ses réticences, Jeanne devait bien s’avouer que Ricardo était d’une agréable compagnie. Il la ramena à son appartement et ne tenta rien. Il avait dû comprendre que ce n’était pas une fille facile et qui craquait pour le premier venu. Elle avait passé une bonne soirée.

Dans les jours qui suivirent, Ricardo et elle se revirent assez souvent. Elle devait s’avoué qu’il lui plaisait de plus en plus mais elle n’oubliait pas qu’il faisait partie de la mafia colombienne et qu’il faisait sans doute beaucoup de choses illégales. Mais son côté bad boy, elle devait bien se l’avouer lui donner un charme supplémentaire. Le coté dangereux qui se dégageait de lui. Elle avait toujours aimé le danger et les mauvais garçons. Par le passé, ça l’avait souvent attiré dans des mauvais coups avec Pierre ou d’anciens petits amis encore quand elle avait 20 ans et qu’elle se droguait. Puis avec Nicolas, elle avait trouvé un certain équilibre, mais depuis l’accident, ses vieilles habitudes et ses vieux démons revenaient. Ricardo était un très beau démon, un diable, qu’elle aurait dû s’en doute fuir. Mais elle ne voulait pas, ne pouvait pas. Jeanne avait besoin d’un feu auquel se bruler pour se sentir vivante. Depuis l’accident, depuis ce qui avait failli lui couter la vie. Elle avait envie de bruler la vie par les deux bouts.

Ricardo lui devait bien s’avouait que si au début, il n’avait craqué que sur la beauté de Jeanne, aujourd’hui il l’admirait et elle l’intriguait aussi. Son passé surtout, ses mille et une vies dont elle lui avait parlé. Il se demandait comment elle avait pu vivre tout ça et survive à tout ça. Son courage encore plus que le reste le faisait craquer. Mais il savait aussi qu’il n’y avait pas de place pour une femme dans sa vie. Il ne pourrait jamais avoir une vie normale et il finirait sans doute en prison. Mais une femme comme elle aurait pu l’obliger à se ranger. Elle avait tout, et en plus de tout ça elle lui résistait ce qui le rendait encore plus fou.

Cédric voyait toujours cette relation d’un mauvais œil, il avait peur pour sa sœur, il savait qui était Ricardo. Il connaissait les affaires qu’ils faisaient pour en faire avec lui. Il aurait dû arrêter mais avec la mafia, une fois qu’on y était rentrés. On ne pouvait pas en sortir.

Ricardo et Jeanne ce soir-là s’était retrouvé chez lui. Ricardo avait préparé lui-même a mangé des plats colombiens. Il voulait faire découvrir son pays à Jeanne. Il aurait aimé l’emmener là-bas mais il ne pouvait pas. Il avait ses affaires ici. Jeanne gouta les plats et fut heureuse de découvrir un peu plus de Ricardo. Ricardo qui lui donnait un peu de lui, de ce qu’il était alors qu’il était si mystérieux, si secret était une preuve qu’il tenait à elle. Ou alors c’était parce qu’elle voulait une preuve que leur relation avançait. Après le repas, Ricardo l’entraina vers le canapé.

Ricardo : Tu sais, ce que j’ai fait ce soir, je ne l’ai fait pour aucune femme.

Jeanne : Je ne sais pas si je dois te croire.

Ricardo : Regarde-moi dans les yeux, tu sauras que je dis la vérité.

Jeanne le regarda, effectivement, elle vit de la sincérité dans son regard. Le visage de Ricardo se rapprocha du sien et ils s’embrassèrent. Ce soir-là ils passèrent leur première nuit ensemble.

Quelques jours plus tard, Jeanne était arrivée chez Cédric, le spectacle qu’elle vit devant ses yeux lui glaça le sang. Son frère était par terre en sang. Il ne bougeait presque plus. Ricardo était à côté de lui, un revolver à la main. Jeanne se précipita à ses genoux.

Jeanne regarda Ricardo comme si elle le voyait pour la première fois, elle le regarda avec des sanglots dans la voix et de la haine dans les yeux : Qu’as –tu fais à mon frère ? Pourquoi, pourquoi t’as fait ça ?

Ricardo : Il avait volé la came, il ne voulait pas dire où elle était j’avais des ordres.

Jeanne : C’est ça ta réponse pour avoir tué mon frère, j’avais des ordres ? Je croyais que tu m’aimais, comment comment tu as pu me faire ça ?

Ricardo : Je… Si ça n’avait pas été moi ça aurait été quelqu’un d’autre, je n’avais pas le choix, c’est comme ça la mafia.

Jeanne : Va t-en, sors d’ici, je ne veux plus jamais te revoir, plus jamais.

Ricardo sortit de l’appartement, dans un dernier rale, Cédric dit à Jeanne ou il avait caché la drogue.
La police arriva quelques minutes plus tard et vu que personne ne savait que Jeanne était la sœur de Cédric, les policiers crurent à un crime passionnel, vu que ces derniers temps les voisins entendaient beaucoup de disputes entre Jeanne et Cédric. Jeanne alla en prison. Un jour, Ricardo paierait pour son crime. En tout cas l’espérait-elle.

Ricardo lui depuis ce jour ne laissa plus rentrer une femme de son cœur, il préféra les utiliser comme il le faisait avant juste pour prendre du bon temps. La seule femme qu’il n’aimerait jamais était Jeanne.

FIN.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
De l'amour à la haine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De l'amour à la haine,pourquoi?
» L'amour et la haine sont-ils liés?
» Poème n°2 - De l'Amour à la Haine -
» Andreï Makine
» Entre haine et amour ^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des séries :: Créations :: Fan Fictions :: Fan Fictions Tétralogie HG Terminés-
Sauter vers: